Sous ordre de Recep Tayyip Erdogan : Comment la Turquie a pillé l’argent de la Libye …

De nombreux rapports internationaux ont fait état de la contrebande généralisée de monnaie libyenne et de lingots d’or vers la Turquie depuis la chute de l’État libyen aux mains de milices armées depuis 2011, qui contrôlaient les aspects politiques, économiques et sécuritaires de la vie, en particulier la Banque centrale libyenne.

Le professeur de droit public et analyste politique libyen, le Dr Mohamed al-Zubaidi, a confirmé que les Turcs sont considérés comme de puissants alliés pour les Frères musulmans en Libye et qu’Ankara s’efforce de piller l’argent et les richesses des libyens par le biais d’agents libyens travaillant dans la sphère publique.

Al-Zubaidi a souligné que des millions de dollars de transferts financiers sont envoyés à la Turquie sous prétexte d’importer de la nourriture et d’autres matériaux, mais en réalité, ces matériaux sont faux et les navires turcs accostent dans les ports libyens et sont vides de marchandises ou chargés de marchandises endommagées.

Al-Zubaidi a expliqué qu’Al-Sarraj envoyait de l’argent en Turquie pour sauver l’économie turque et l’effondrement de la lire, en échange de la consolidation par Erdogan de son autorité et de son soutien politique et logistique.

Faux articles

Selon les données disponibles, la Fraternité en Libye mène des opérations organisées avec la Turquie, afin de faire passer en contrebande l’argent du peuple libyen à Ankara, en achetant de faux produits pour obtenir de l’argent de la Banque centrale.

Cela s’inscrit dans le cadre d’opérations de vol d’argent dans lesquelles le président turc Recep Tayyip Erdogan est impliqué.

Les spécialistes des affaires libyennes affirment que la Fraternité en Libye est impliquée dans le vol de l’argent du peuple libyen en faveur de la Turquie. Et cela se fait par le biais de faux crédits bancaires, à travers lesquels certaines marchandises sont importées et qui sont des contrefaçons, en plus de l’implication de la Fraternité dans le détournement de l’argent du pétrole à l’intérieur de la Banque centrale libyenne au profit du système turc.

La Fraternité contrôle les fonds de la Banque centrale de Libye et en tire d’énormes fonds, grâce auxquels elle verse des récompenses aux éléments terroristes qui l’ont rejoint, en plus d’envoyer le reste de l’argent pour soutenir le régime turc.

Le général de division Ahmed Al-Mesmari, porte-parole officiel de l’armée nationale libyenne, avait publié un tweet dans lequel il disait qu’il y avait eu des vols impliquant les régimes turc et qatari contre le peuple libyen, qui ont atteint des milliards de dollars. Il a confirmé que le régime turc était impliqué dans le vol de 25 milliards de dollars des ressources du peuple libyen au cours de la dernière période, dont seulement 2 milliards de dollars au cours des deux derniers mois, expliquant qu’il existe une coopération entre la Turquie et le Qatar pour alimenter la crise libyenne.

La Turquie retient des fonds libyens dans ses banques

D’un autre côté, un responsable financier du gouvernement libyen a confirmé que la Turquie détenait les actifs libyens déposés dans ses banques, affirmant qu’elle demandait une compensation aux entreprises turques pour les contrats suspendus en raison de la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

La question des sommes financières et des comptes libyens déposés en Turquie est revenue sur le devant de la scène au vu de la pénurie de liquidités dont souffrent les banques libyennes.

Concernant cette question, Ramzi Al-Agha, chef de la Commission de crise de liquidité à la Banque centrale de Libye, a déclaré qu’il avait des informations confirmées et fiables concernant l’existence d’instructions du gouverneur de la Banque centrale au gouverneur de la Banque centrale de Libye, Siddiq al-Kabeer, de ne pas utiliser les fonds libyens déposés dans les banques turques jusqu’à la fin du règlement des dettes libyennes, y compris les coûts de l’aide militaire fournie aux forces Al-Wefaq, le traitement des blessés libyens dans les hôpitaux turcs, ainsi que les frais de transport des mercenaires, en plus de la mise en œuvre de décisions judiciaires visant à indemniser les entreprises turques pour les travaux et les projets qui ont été réalisés en Libye et d’autres qui ont été perturbés, et qui n’ont pas été payés en raison de la chute du régime de Mouamar Kadhafi et du déclenchement du conflit.

Le volume de fonds libyens gelés dans les banques turques depuis la chute du régime de Mouamar Kadhafi est d’environ 4 milliards de dollars. La Banque étrangère libyenne détient plus de 60% des contributions de la Banque arabe turque, ainsi que d’autres fonds déposés auprès de la banque turque Ziraat.

Cependant, Agha a révélé que la Banque centrale libyenne, qui dispose de réserves en devises supérieures à 80 dollars, a transféré une grande partie aux banques turques au cours des derniers jours, deux mois après le transfert de 4 milliards de dollars, ajoutant que tous ces fonds sont aujourd’hui inaccessibles pour l’État libyenselon la décision de la Banque centrale.

Il a également indiqué que la Turquie exploitait ses relations étroites avec le gouvernement d’accord national pour bénéficier des fonds libyens déposés dans ses banques afin de compenser ses pertes économiques et l’effondrement continu de la livre turque en raison de la baisse des revenus du tourisme et la suspension des activités économiques en raison du virus Corona, sans la moindre compréhension de la situation économique, vivante et humanitaire difficile dans laquelle vivent les Libyens.

Des dollars gelés

En plus de tout cela, une quantité de dollars sans valeur, mais non falsifiée, connus par les dollars gelés que la Turquie a saisis aux banques libyennes et les a pillés pour les vendre sur les marchés noirs d’Istanbul.

Selon les rapports de presse, ces dollars ne peuvent pas être déposés dans les banques, mais ils peuvent être achetés dans les magasins car ce sont des dollars gelés qui sont vendus pour la moitié et un quart de la valeur réelle du dollar dans Istanbul et proviennent de banques libyennes.

Le dollar gelé est apparu pour la première fois pendant la période de la Seconde Guerre du Golfe, après le vol de banques. Lorsque l’argent est volé, il est signalé et saisi sur ses numéros de série par la Banque fédérale américaine, et il n’est plus valide pour le commerce et les transactions dans les banques, mais malgré cela, il reste valable pour acheter et vendre sur les marchés noirs, ce qui est exactement passé en Turquie avec le dollar libyen gelé.

Le dollar gelé est considéré comme un butin inachevé, car les dollars des banques libyennes ont entraîné la salive du président turc Recep Tayyip Erdogan, et avec les mauvaises conditions économiques de son pays et l’effondrement de la lire, son besoin de l’acquérir et de pomper des devises fortes pour relancer l’économie a augmenté, et en effet les banques libyennes ont été pillées par les forces turques qui s’y battent.

Des centaines de millions de dollars ont été introduits clandestinement en Turquie, mais pendant son voyage, ses numéros de série ont été gelés,

Pour atteindre le sein d’Erdogan, il n’y a que de simples papiers qui ont officiellement perdu leur valeur, et pour éviter les pertes et sortir avec le moindre dommage sur le système turc et la direction du dollar.

Istanbul est devenue connue maintenant comme le réfrigérateur de l’argent de la Libye, donc la Turquie a fourni la place pour des activités suspectes, car dix mille dollars sont vendus pour cinq mille dollars, et si vous cherchez bien, il est possible de les acheter pour seulement deux mille cinq cents dollars.

Ce n’est pas faux, mais gelé, ce qui signifie que vous ne vous en occuperez que sur le marché noir en dehors de la loi.

Selon la presse, la police turque ne s’inquiète pas, car le commerce de l’argent volé en Libye est en plein essor à Istanbul et ceux qui le vendent ne seront pas arrêtés. Celui qui s’en occupe est celui qui l’a volé et a gelé dans sa main, et c’est le sultan du pays, en référence au président turc Recep Tayyip Erdogan.

Tous les droits de publication et copyrights sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA