Suite à l’intervention turque … le terrorisme de nouveau en expansion en Libye

Source: Akhbarlibya24

L’intervention militaire turque en Libye a ouvert la porte, de nouveau, pour un retour en force du terrorisme. Une situation chaotique qui ne cesse de prendre de l’ampleur face à un silence international de cette intervention qui a permis l’entrée des milliers de mercenaires, y compris des combattants extrémistes, dans le pays.

L’intervention turque dans les affaires libyennes a augmenté les tensions sécuritaires et accentué la crise dont souffre le pays. Les citoyens sont les victimes de cette dégringolade ce qui a poussé les forces de l’armée nationale libyenne à se retirer de certaines villes pour protéger les vies et les biens.

De nombreux pays et organisations étrangères et nationales ont, à plusieurs reprises, mis en garde contre un retour des organisations terroristes en Libye. En effet, la Turquie continu d’envoyer des mercenaires et des combattants étrangers pour se battre aux côtés des forces gouvernementales d’Al-Wefaq et des milices armées contre l’armée nationale libyenne.

Le retour du terrorisme, à cause de la guerre entamée par la Turquie, a augmenté les craintes des libyens et a ouvert la porte sur la possibilité d’une guerre internationale. Un climat propice pour la prolifération des groupes terroristes qui travaillent pour la mise en place de leurs projets et servent les intérêts de certains pays comme le Qatar et la Turquie.

C’est ce que l’écrivain et chercheur politique Fawzi Al-Haddad a confirmé lorsqu’il a déclaré à l’agence Libye News 24, que la Libye est toujours menacée par le terrorisme, pis encore, elle devient lentement le lieu idéal pour l’existence des groupes terroristes. Il ajoute que le vide au pouvoir dans le pays et les vastes zones désertiques qui s’étendant à l’est, à l’ouest et au sud constituent un risque supplémentaire.

Pour Al-Haddad la communauté internationale avait besoin d’espace pour jeter les ordures terroristes, en particulier d’Irak et de Syrie, dans un silence international suspect sur les opérations de transport de mercenaires de Syrie en Libye aujourd’hui, dans le but de vider la région syrienne d’Idlib de combattants extrémistes et terroristes qui y étaient rassemblés de toute la Syrie.

D’autre part, les observateurs de la crise libyenne ont mis en garde contre l’émergence de terrorisme en Libye à nouveau dans la période à venir à cause de l’intervention militaire de la Turquie dans le pays, surtout après que le conflit libyen est entré dans une nouvelle étape dangereuse. Il a souligné que la Turquie utilise le terrorisme comme l’un des outils de pression pour atteindre ses objectifs et intérêts en Libye.

Certains observateurs trouvent que plusieurs parties internationales utilisent le terrorisme comme une arme pour atteindre leurs propres objectifs. C’est l’un des visages du conflit en cours. En effet, si les Libyens ne parviennent pas à un mot qui les unit, ils ne pourront pas éradiquer cette tumeur maligne qui propage tant que les affrontements s’intensifient.

Certains affirment que la communauté internationale ne cherchera pas à réaliser une véritable stabilité en Libye à moins qu’il n’y ait une réelle volonté de la part de toutes les parties libyennes, indiquant que les Libyens, en cette période difficile, ont besoin d’une charte d’honneur qui recueille leur diaspora et construit leur État loin des ambitions des groupes, partis et personnalités financés par l’étranger, pour sauver leur pays du danger des terroristes et des extrémistes qui guettent le pays.

Pour conclure les libyens doivent tenir compte pendant cette période, des effets négatifs du terrorisme et de l’extrémisme dans leur pays et de la corruption économique et sociale que les terroristes ont infligée à leur société au cours des dernières années, sans parler des tentatives répétées des organisations terroristes de détruire le pays tout entier. Nous devons donc s’accrocher aux sacrifices des jeunes pour éliminer le terrorisme en Libye.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA