Syrie : le régime rejette l’offre américaine

Comité de rédaction

« Cela ne fait aucune différence si vous mourrez du coronavirus, ou décéderez de la famine », a ainsi déclaré «Ahmed» lors de son contact avec «l’Observatoire de Mena», exprimant la situation tragique que le citoyen syrien vit dans la capitale, Damas. Lors d’une tournée du marché des capitaux, il nous a affirmé que 90% des personnes sont entrées dans le seuil de pauvreté, et la majorité sont dans la sonnette d’alarme, ce qui indique que nous nous dirigeons vers une catastrophe humanitaire, une véritable famine. Cela peut conduire à la criminalité et au vol pour assurer de subsistance. En fait, le retour des manifestations dans les zones sous le contrôle du régime ne sont que des indications que nous revenons aux débuts. C’est-à-dire, au premier carré où le conflit interne s’enflamme. Ahmed a affirmé avoir vu des familles à la cité Khaled Ben Walid en traine d’attendre devant un restaurant pour prendre le reste de la nourriture des clients. Pis encore, il y eu des disputes pour ces restes.

En Syrie la crise n’est pas le produit du quotidien, elle est le résultat de la corruption du régime pendant des dizaines d’années, de la guerre et de la loi de César. Une source de la police du capital a affirmé à l’observatoire MENA avoir reçu 1850 arrestations pour du vol des mobiles et des sacs à main ». Notre source s’est interrogée sur la situation dans les prochains jours, avec une pression accrue, hausse du dollar devant une perte de la livre syrienne et une hausse record des prix des produits de base et des denrées alimentaires.

Négociations américano-syriennes

Pour sortir de la crise et limiter les effets des sanctions « César » sur la Syrie, des sources spécifiques au site « MENA » ont confirmé l’existence des négociations entre les Américains et les responsables syriens, soulignant que « le point de désaccord est le moment, car le régime a tenu compte du temps imparti pour faire quelques changements, il ne suffit pas de faire ou d’entrer une transition ».

L’envoyé américain en Syrie, James Jeffrey, a révélé dimanche dernier que « son pays avait fait une offre au président syrien, Bachar al-Assad, pour sortir de la crise de l’économie syrienne, quelques jours avant la mise en œuvre de la loi César « . Jeffrey a attribué la baisse de la valeur de la monnaie syrienne aux mesures prises par les États-Unis, soulignant que l’effondrement de la livre syrienne «prouve que la Russie et l’Iran ne sont plus en mesure de faire flotter le système ».

L’envoyé américain a déclaré que son pays a offert à Assad le moyen de sortir de cette crise, soulignant que « s’il est conscient de la situation de son peuple, il acceptera l’offre, car Washington veut voir un processus politique et cela ne conduira pas à un changement de régime, car il exige de changer son comportement et de ne pas abriter les organisations terroristes. » Ainsi de ne pas fournir à l’Iran le climat propice pour établir son hégémonie sur la région ».

Cela est également confirmé par notre source qui affirme que la différence est la durée et non le plan dans son ensemble, car Jeffrey a décrit les caractéristiques de la politique américaine en Syrie avec quatre objectifs qui incluent «un processus politique qui conduit à un changement de du comportement du régime, deuxièmement, les Nations Unies sont le leader du processus politique et Washington le soutient, et troisièmement, c’est la défaite de l’État islamique, et le quatrième est le retrait de l’Iran de la Syrie. »

Que dit le régime à propos du la propostion?

Pour sa part, la réponse du régime à l’offre américaine, via une source du ministère des Affaires étrangères, souligne que «les propos de l’émissaire américain en Syrie, James Jeffrey, sur la situation actuelle, constituent une reconnaissance explicite de la responsabilité directe de l’administration américaine de la souffrance des Syriens». La source, qui a été décrite comme « un responsable du ministère syrien des Affaires étrangères et des Émigrés », a déclaré que le durcissement des sanctions constitue l’autre visage de la guerre déclarée contre la Syrie, soulignant que la politique américaine échouera à nouveau face à la détermination des Syriens à adhérer à la souveraineté de leur patrie et à l’indépendance de leurs décision politiques et économiques ».

La source a estimé que « les demandes dont parle Jeffrey sont des demandes israéliennes anciennes et renouvelées d’imposer leur contrôle sur la région. S’il y avait une réelle légitimité internationale et une solidarité arabe, l’administration américaine aurait dû être tenue responsable de cette politique qui vise le citoyen syrien dans sa vie quotidienne ». La source n’a pas révélé le reste des articles de la proposions malgré le fait que l’offre américaine n’a pas aborder l’avenir d’Assad, mais seulement un changer du comportement du régime!

La réponse du régime de cette manière intervient à un moment où des centaines d’habitants de la ville d’As-Suwayda ont manifesté mardi, brandissant des slogans anti-régime.

Des conditions de vie difficiles qui ont coïncidé avec la dépréciation de la livre par rapport au dollar en trois jours à plus de 3000 livres.

La Russie accepte le dialogue

Mardi dernier le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé qu’il était prêt à engager un dialogue avec les américains sur la Syrie et sur la prévention de graves incidents militaires, en s’appuyant sur l’expérience syrienne. La position russe a été exprimée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov, lors d’une conférence de presse « Sur les relations étrangères russo-américaines et l’intérêt de Moscou à travailler avec les États-Unis pour améliorer les accords sur la prévention des accidents militaires graves sur la base de l’expérience acquise en Syrie dans ce domaine », selon ce qu’elle a cité les médias russes.

Au cours de son discours, Ryabkov a révélé son opinion sur le dialogue avec les États Unis pour la Syrie, en déclarant: « Nous élargirons le dialogue avec les américains, et s’ils répondent à cela et le veulent, nous sommes prêts », ajoutant qu’ils sont « dans un dialogue très intensif et professionnel avec Washington par des voies militaires, et nous travaillons pour résoudre les conflits, et c’est une bonne expérience. » « Nous espérons que nous pourrons l’utiliser (dialogue) dans d’autres cas », a ajouté le responsable russe. Nous réaffirmons notre intérêt à améliorer l’accord bilatéral avec les américains pour prévenir les accidents militaires graves sur la base de l’expérience syrienne ».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA