Syrie : Une guerre familiale menace le régime d’Al-Assad

خلافات آل الأسد

Les tensions se sont montées d’un cran dernièrement entre le président syrien « Bachar Al-Assad » et son bras économique et son cousin, « Rami Makhlouf ». Des signes d’une guerre ouverte au sein de la famille présidentielle en Syrie ont refait surface. Une source proche du régime a confirmé à l’Observatoire MENA, que le conflit, parmi s’autres, peut conduire d’une manière ou d’une autre à l’effondrement du régime politique d’Al Assad.

Ce que la révolution n’a pas fait, les proches pouvaient le faire

La résistance du régime face à la révolution syrienne ne signifie pas sa capacité à résister aux conflits familiaux, selon notre source, pendant la révolution, la famille s’est réuni mais aujourd’hui les signes de la division se clarifiées d’un jour à l’autre et les tensions ne cessent de monter.

Des sources médiatiques ont révélé qu’Al Assad a procédé à des arrestations et des liquidations de nombreux officiers alaouites, dans le contexte de la crise « Assad-Makhlouf ».

Dans le même contexte, la source explique: « Le danger de la crise actuelle et de l’entrée de la famille dans une situation de conflit réside dans le fait qu’elle peut conduire les alliés d’Assad, et en particulier la Russie, qui cherche plus de stabilité, à repenser ses perspectives concernant l’efficacité de Bachar et sa capacité de contrôler le pays dans ce période. Ce clivage et ces conflits vont infecter les rélations syro-russes car le principe de la politique russe reposent sur l’offre d’un maximum de stabilité dans leurs zones d’influence, comme c’est le cas en Tchétchénie et dans la Communauté d’États indépendants, et c’est ne pas le cas actuellement pour la personne de « Bachar al-Assad ».

L’ancien attaché militaire russe à Damas, a souligné l’importance de la sécurité et de la stabilité politique en Syrie pour la Russie, tandis que l’ancien ambassadeur de Russie en Syrie, « Alexander Aksenyonuk », a estimé que les politiques et le durcissement d’Al Assad et les intérêts de la Russie sont opposés.

La source considère également que Al Assad se tient désormais devant le test de la capacité de contrôler les affaires dans le cercle étroit, après son échec au premier examen, de réprimer l’opposition et de remporter une victoire militaire unilatéralement, ce qui représente pour lui une dernière chance face aux Russes, pour les convaincre qu’il tient toujours les fils du jeu.

La boîte d’Al Assad est vide

 Le timing des actuels conflits, en soi, représente une menace pour la famille Al-Assad. La chercheuse au Chatham House Research Center à Londres, Lina Al-Khatib, indique que la boîte à outils de Bachar Al-Assad pour faire face à la crise familiale est actuellement vide et son régime est devenu plus vulnérable qu’à tout moment au cours des neuf dernières années de la guerre, car il est devenu fortement tributaire du soutien iranien et russe,  à cause de la perte de ressources et de légitimité internationale, et même de la puissance militaire qu’il avait avant la guerre.

Des sources de l’opposition syrienne indiquent que pendant les quatre premières années de la guerre, le régime a perdu 135 000 de ses forces militaires, tandis que les données des services de renseignement français indiquent que les alaouites ont perdu environ les deux tiers de sa jeunesse. Ceux qui sont capables de porter des armes.

Les désaccords internes et ce qui se passe actuellement à propos du système donnent, selon l’analyste politique, « Danny Makki » le sentiment qu’Assad n’a plus le contrôle du pays, le décrivant comme le plus dangereux et le plus difficile de toute période de toute la guerre.

Guerre ouverte et résultats différents

Malgré que les différences au sein de la famille ne soient pas nouvelles, l’auteur, « Richard Spencer », estime que les détails de la tension actuelle et la sortie des différences « Rami Makhlouf » et « Bachar al-Assad » au public de cette manière, est une question rare, surtout dans un système de renseignement, comme le régime syrien.

Dans les années 80, la Syrie a connu un conflit entre, Hafedh al-Assad, et son frère, Rifaat, qui a pris fin par l’exil de Rifaat. Ensuite il a été empêché d’entrer définitivement au pays, en raison de sa tentative de coup d’État.

Notre source, se réfère à la réflexion de l’évolution des circonstances, internes et internationales, sur les résultats du conflit familial actuel, expliquant: « Pendant une crise qui a été soulevée et préservée, le système n’était pas aussi délabré qu’aujourd’hui, et la capacité humaine des Alevis n’était pas si faible, ce qui Il n’est en aucun cas autorisé à le diviser seul ou à mener des batailles internes, il n’y avait pas de factions armées d’opposition sur le terrain, et le plus important est la présence de la mère des deux frères, Naissa Shalish, en tant que force influente qui a mis fin au conflit , ce qui manque aujourd’hui en Syrie, en plus il y’a un grand nombre de parties en conflit pendant La crise actuelle.

L’homme d’affaires, et l’ancien proche associé de la famille Assad, »Firas Tlass », avait confirmé précédemment que le régime connaît actuellement au moins trois conflits, l’épouse du président « Asma al-Assad », son frère « Maher » et son cousin « Rami Makhlouf ».

En outre, la source souligne le rôle de la grande différence au niveau de l’efficacité entre l’administration de « Hafedh al-Assad » pour ces crises et son fils, « Bachar », considérant que la mesure des résultats du différend actuel basée sur la résilience du système dans des crises similaires au cours de l’histoire de sa règle manque de précision, en raison des changements et des différences entre Les deux époques et leurs conditions.

Des têtes qui tombent

« Un problème au cœur du régime », décrit ainsi le chercheur en affaires syriennes, « Fabrice Balanche », les crises au sein de la famille « Assad », soulignant que la question de « Rami Makhlouf » est intimement liée à la politique de la famille en Syrie, et que la crise actuelle fait partie des plans du régime. Un Syrien laisse tomber les têtes qui se démarquent et apparaissent sur la scène politique ou populaire et brisent les ailes

De sa part, la source de l’Observatoire MENA considère que parler de la question des fissures de têtes est ordinaire pour le régime dans des conditions normales, mais que la question arrive au stade de liquidations physiques mutuelles entre les partisans des membres de la famille qui se battent, révèle l’ampleur des tremblements de terre et ce qui peut conduire à un état de désintégration parmi eux, citant les deux décès mystérieux de « Musab Wajih al-Assad, cousin du président et très proche de lui, et l’homme d’affaires très proche de » Maher al-Assad « ; » Ghaith Bustani « .

Les médias syriens avaient annoncé il y a quelques jours que « Musab al-Assad » et « Ghaith Bustani » étaient morts dans deux incidents distincts et dans des circonstances mystérieuses. Les effets des différences familiales sur l’étendue de la règle de « Bachar al-Assad » ramène la source en mémoire de la mort du frère de Hafedh « Basil Al-Assad », dont la source a confirmé qu’il avait été tué par une opération planifiée par des membres de la famille, en raison des divergences entre eux concernant la question de la contrebande et l’arrestation de son cousin connu sous le nom de « Cheikh de la Montagne », en référence au pouvoir et à la décision que les membres de la famille détiennent dans le respect de la règle et de l’ordre Et l’étendue des différences affectant la permanence du gouvernement dans sa forme actuelle.

En 1994, la Syrie a annoncé la mort du fils aîné de « Hafedh Assad » et de ses premiers héritiers au pouvoir, « Basil », par un accident de la route sur la route de l’aéroport international de Damas, tandis que des fuites à l’intérieur du régime prévoyaient l’existence d’un assassinat prévu. Au cours des dernières années, la Syrie a été témoin du meurtre de nombreux membres de la famille Assad, dans des circonstances mystérieuses, au premier rang desquelles se trouve le fondateur et commandant des milices de défense nationale pro-régime, Hilal al-Assad.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA