Tarek Ramadan propose des cours de féminisme !

Tarek Ramadan fait son retour en tant qu’intellectuel à la mi-octobre. L’ancienne idole des partisans des Frères musulmans européens ouvrira son nouveau centre de recherche et de formation pour les étudiants du monde entier – «C’est la volonté de Dieu», écrit-il sur sa page d’accueil.

Après la chute profonde, une entreprise audacieuse: plusieurs poursuites contre Ramadan pour viol sont toujours en cours. Il était détenu à Paris depuis dix mois. Pour des raisons médicales – prétendument sclérose en plaques – il a été libéré en novembre 2018 contre une caution de 300000 euros, à la condition de remettre son passeport suisse et de ne pas quitter la France.

Par conséquent, le nouveau centre, Chifa de nom, doit être domicilié en France. Originaire de Genève, il souhaite annoncer la place de son «institut» plus tard. Dans chaque cycle de trois ans, des cours en présentiel et à distance sont prévus. Une dizaine d’enseignants sont censés enseigner un large éventail de matières: religion, spiritualité, humanisme, psychologie, écologie, droit, colonialisme, racisme. Le contenu est avant tout le «souci des personnes, de l’égalité de tous les êtres dans la dignité et la justice».

Le fait que des cours d’éthique et de féminisme figurent également au programme a provoqué des commentaires malveillants. «La malhonnêteté intellectuelle, l’hypocrisie et le cynisme de Tarek Ramadan n’ont absolument aucune limite», critique l’intellectuelle française Anne-Marie Picard. Pendant des années, il a nié ses relations extraconjugales. Finalement, il s’est excusé pour cela – auprès de Dieu, de sa famille et des musulmans. À ce jour, il ne veut rien savoir sur le viol. En mars 2019, il a participé à une conférence sur les violences faites aux femmes à Saint-Denis, ce que l’administration de la ville a qualifié de «provocation inacceptable».

Il ne va pas aussi loin que son frère Hani, qui travaille à Genève et prône la lapidation des adultères. Mais l’image de la femme de Tariq est également conforme à la charia. Même de nombreux intellectuels de gauche qui l’admiraient pour sa critique du capitalisme et de l’islamophobie n’y croient plus, surtout après que Ramadan a reçu une chaire d’études islamiques à l’Université d’Oxford en 2009, grâce à un million de donateurs du Qatar, un pays qui est célèbre pour avoir financé l’idéologie islamiste en Europe.

En général, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, Hassan al-Banna, peut difficilement cacher sa proximité avec les Frères musulmans. Il a défendu leur cerveau Yousef al-Qaradhawi, qui a appelé les musulmans à une guerre sainte en Syrie et a appelé Hitler un instrument de Dieu.

Ramadan a toujours vu les musulmans dans le rôle de victimes. Aujourd’hui, il se considère comme victime du racisme français et compare «l’affaire du Ramadan» à «l’affaire Dreyfus» (c’est-à-dire la condamnation abusive d’un officier français en 1894 pour être juif). Il a été traduit en justice en tant que musulman parce qu’il qualifiait l’islam de «religion française», dit Ramadan.

Dans les prochains jours, Ramadan comparaîtra devant un tribunal de Paris et sera confronté à deux de ses plaignants.

Tous les droits de publication et copyrights sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA