Tunisie : Des écoles coraniques pour attirer et doctriner les enfants !

Comité de rédaction

En Tunisie le phénomène des écoles coraniques ne cesse de créer la polémique. En fait, ces établissements, qui travaillent en parallèles aux institutions d’enseignement publics et privés sont des unités hors-la-loi. Visiblement ils sont des écoles spécialisées dans l’enseignement du Coran, mais en réalité elles cachent derrière ses murs tout un programme intégré pour former des générations des extrémistes qui ne reconnaissent ni l’État ni les lois.

« Louveteaux de splendeur» ou «Camps d’oiseaux du paradis», c’est ainsi que sont appelés les jeunes enfants qui étudient dans ces écoles et qui sont en réalité entraînés pour alimenter les crises. Plusieurs camps, qui se cachent derrière les écoles coraniques, ont été créés pour l’entraînement des enfants. Les victimes sont des enfants âgés de 7 à 14 ans qui fréquentent les écoles coraniques extrémistes, la plupart sont des victimes de leurs familles, dont beaucoup ont été battues ou trompées et même achetées pour les exploiter ultérieure.

De jeunes enfants, dont beaucoup sont attirés pour les entraîner, et leur apprendre à se battre et à espionner et leur enseigner les idées extrémistes sur lesquelles ces groupes terroristes opèrent. Les enfants sont ensuite recrutés pour être des leaders. Ces groupes extrémistes exploitent également les enfants en transportant des marchandises et en cuisinant ou en les utilisant pour créer une nouvelle génération qui prospère grâce à la violence et au terrorisme.

Boucliers humains

Le phénomène de l’exploitation des enfants par les organisations et groupes terroristes en Tunisie n’est pas nouveau, car plusieurs vidéos ont déjà été partagées pour montrer l’exploitation des enfants pour participer aux batailles injustes contre les forces de sécurité, l’armée et d’autres citoyens tunisiens. Un certain nombre d’enfants impliqués dans des affaires terroristes ont été arrêtés en raison de leur participation et de leur appartenance aux groupes Takfiri qui explosent, tuent et massacrent.

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, des groupes extrémistes ont utilisé environ 290 enfants tunisiens dans leur appareil de renseignement, de logistique et de médias, ainsi comme boucliers humains lors d’affrontements avec les unités de sécurité. Selon les enquêtes du ministère de l’Intérieur et l’interrogatoire d’un certain nombre d’éléments terroristes arrêtés, les groupes extrémistes ont utilisé des enfants pour surveiller les sécuritaires, les militaires, les médias et les personnalités politiques ciblées pour déterminer leurs déplacements et leurs détails quotidiens.

École coranique sur des terres domaniales

La plupart des écoles coraniques n’adoptent pas les programmes éducatifs du ministère de l’Éducation dans l’enseignement. Elles donnent aux enfants un enseignement religieux basé sur la pensée extrémiste. Les élèves de ces écoles sont privés de mixité et obligés de portée une tenue vestimentaire islamique. Dans ces écoles, la voix de la femme est une péché, les sécuritaire et soldats sont des mécréants, le djihad mène au paradis où se trouve les sirènes…

A ce niveau une question nos taraude l’esprit : comment l’État ferme les yeux et laisse des écoles sans autorisation travaillent, quelle que soit la nature de leur activité?

La réponse logique et raisonnable à cette question est qu’il y a un certain nombre de fonctionnaires dans l’État qui sont complices et bénis la violation des lois. Il y a aussi des agents qui ne se soucient pas autant de l’État et de son système que de l’argent qu’ils reçoivent des propriétaires de ces écoles pour fermer les yeux. Plus dangereux que tout cela, ils peuvent attribuer des autorisations à des établissements suspects qui ne respectent pas les programmes du ministère de l’Éducation à titre d’exemple l’école turque « Maârif » et un certain nombre d’autres établissements scolaires. Certains fonctionnaires peuvent dépasser tous les limites en accordant des terres domaniales enregistrées comme zone verte à des personnes pour construire des écoles coraniques similaires à ce qui s’est passé à Al-Morouj. En fait, la municipalité d’Al-Morouj a donné une parcelle de terrain domaniale à l’association « Secours pour le Saint Coran » pour construire une école coranique derrière la mosquée Al-Haramain, pour un coût total de 850000 dinars, selon ce qui a été écrit sur un grand pendentif dans lequel l’école a mentionné un modèle et des données sur le projet, le coût, les ingénieurs et d’autres informations.

Une autre question que l’on peut se poser : Ya-t-il une intervention au sein de la  municipalité d’Al-Morouj pour confisquer un terrain censé être un espace vert au profit d’une association? Ou y a-t-il des pressions de la part des certains hauts responsables pour forcer les fonctionnaires municipaux à donner ce terrain à l’association en question ?

Le plus important que, selon le plan de développement urbain dont nous avons une copie, la terre est enregistrée comme zone verte, mais en réalité c’est une école coranique ! Cette école, même si elle remplit toutes les conditions et possède tous les ingrédients, elle est construite sur un terrain domanial, qui est à l’origine une zone verte. Alors comment ce terrain a été attribué sans un appel d’offres? Et comment un compte de financement pour construire cette école a été ouvert?

Les autorités de tutelle de la région, la municipalité et le gouverneur doivent être tenus pour responsables et de donner des explications sur cette affaire. Il faut aussi vérifier la nature de l’enseignement donné dans cet établissement sachant que la page Facebook du premier responsable de l’école n’inspire pas confiance. Il a attaqué certains professionnels des médias, tels que Hamza Al-Baloumi et Sawsan Malaj, et a soutenu fermement l’affaire de l’école coranique de Rgueb et l’avocat controversé, défenseur des terroristes, Saif Al-Din Makhlouf. Sa page Facebook est empoisonnée et nous donne une idée sur les poisons et les idées extrémistes qu’il peut transmettre aux enfants.

Écoles hors la loi

L’école de Mourouj n’est pas la seule qui œuvre hors la loi, d’ailleurs nous avons constaté que des familles d’élèves avaient porté plainte contre deux écoles privées, dont l’une dans la capitale, dont ils accusaient les propriétaires de donner à leurs enfants des cours qui ne sont pas conformes à la méthodologie du ministère de l’Éducation. Ainsi, un propriétaire d’école a été accusé à Al-Manar d’avoir imposé des cours religieux aux élèves, plutôt que d’autres cours d’histoire, de musique et de sport.

Plusieurs informations affirment qu’un homme d’affaires bien connu et propriétaire d’une entreprise industrielle à Ben Arous est l’un des principaux financiers de la maternelle coranique, et un certain nombre d’écoles privées s’est lancé au lancement de la première école coranique en 2013. Il a été rejeté à l’époque par la chambre des maternelles, et le ministère de la Femme l’avait empêché d’ouvrir des jardins d’enfants.

Un parti politique a été accusé d’avoir financé un certain nombre d’écoles et de jardins d’enfants coraniques qui ne sont pas soumis au cahier des charges, dans le but de diffuser une idéologie extrémiste dans ces établissements d’enseignement, à l’instar de l’enseignement d’un livre sur le «mollah Omar» dans une école privée au gouvernorat de Nabeul. L’école a été fermée après la publication d’un clip vidéo d’un élève glorifié ce terroriste. Dans ce contexte, un fonctionnaire du ministère de l’Éducation nous a informé que le ministère vérifie en permanence les plaintes reçues et envoie des comités affiliés à l’inspection générale de l’autorité de surveillance pour vérifier la véracité des informations et passer à la fermeture des écoles si les dépassements sont prouvées.

Dépassements

Dans le même contexte, lié à l’idéologie des établissements d’enseignement, et pour essayer de les éloigner des programmes d’enseignement de base, nous devons nous attaquer aux violations qui se produisent dans le contexte de la poursuite continue de certaines des parties à dominer l’espace scolaire afin de servir des objectifs sans rapport avec la question de l’éducation.

Auparavant, ils dominaient les mosquées et leur imposaient leur contrôle, ce qui a conduit à la production d’un certain nombre d’extrémistes qui portent l’idéologie takfiriste qui ont mené des opérations terroristes, ont incité au terrorisme, à se rendre en Syrie et à combattre l’État, l’armée et la sécurité. Ce sont ces militants qui sont passés de l’étape de la saisie des mosquées au stade de squat des établissements d’enseignement pour produire une génération extrémiste qui contribue à l’émergence de ce qu’ils appellent l’État de califat …

C’est pourquoi il faut bouger à toute vitesse pour rompre avec de telles tentatives visant à changer le mode de vie et le système étatique. Les tentatives visant à idéologiser l’établissement d’enseignement et à empoisonner son espace aérien doivent être arrêtées.

Au cours de l’année écoulée, la question de la recrutement de certains de ceux qui bénéficient de l’amnistie législative générale et de leur retour dans les établissements d’enseignement pour enseigner aux élèves a été soulevée, et les Tunisiens appellent à contrôler un certain nombre d’enseignants qui ont des inclinations et des affiliations qui mènent à des soupçons de terrorisme ou d’extrémisme intellectuel … et aux écoles privées autour desquelles circulent des soupçons de diffusion d’idéologie extrémiste. En effet, une école privée a ouvert à Al-Tadamon, l’une des zones les plus propices aux terroristes. »C’est un immeuble de grande hauteur et cela semble coûteux au vu de ce à quoi il ressemble, mais nous avons appris qu’il est enseigné à bas prix et que la plupart de ses professeurs sont barbus et voilés …

La question de l’idéologie et la propagation de l’idéologie extrémiste ne se limite pas aux écoles et instituts privés, ni à certains enseignants, mais elle a également touché la maternelle pour tenter d’attirer les enfants… où pendant la dernière période, environ 100 jardins d’enfants coraniques ont été fermés … certains jardins d’enfants ont enseigné aux enfants le tourment de la tombe, le djihad, les combats et l’établissement de la peine capitale… Ces enfants ont été intimidés par certains extrémistes, qui ont envoyé un jardin d’enfants coranique pour se laver la cervelle et les envoyer plus tard aux « achbal al Ezz »qui les forme aux principes de« ISIS »!

Copyright et droits de copie électronique et papier réservés au Centre de recherche et d’études MENA ©