La Turquie hausse le ton et l’Egypte sur la ligne … bruits de bottes à Syrte

Comité de rédaction

Il est devenu presque certain qu’une guerre majeure éclaterait bientôt dans les villes de Syrte et Jufrah. Tous les indices suggèrent que les signes de guerre ont retenti et qu’une intervention militaire est inévitable. Tous les efforts internationaux et les appels à un cessez-le-feu en Libye n’ont pas réussi à freiner le gouvernement de réconciliation, qui se mobilise toujours pour se préparer à une bataille qui approche à Syrte. Dans une nouvelle escalade par une foule de forces de gouvernement Al Wfak en Libye a commencé à se déplacer vers la ville de Syrte, qui est la porte d’entrée des principaux terminaux pétroliers du pays. Un convoi d’environ 200 véhicules s’est déplacé vers l’est de Misurata sur la côte méditerranéenne en direction de Tawergha, à environ un tiers du trajet jusqu’à Syrte.

La ville de Misrata s’est transformée à un centre d’opérations de la Turquie dans la région occidentale et ce n’est pas un secret car des milliers de mercenaires y ont été transférés, des mécanismes militaires ont été déployés et des drones «Bayrakdar» ont été utilisés.

Des images satellite ont révélé l’emplacement des drones à proximité de la base aérienne de la ville, dans le cadre des efforts d’Ankara pour soutenir les forces de réconciliation. Quelques jours auparavant elle a déclaré qu’elle prévoyait d’attaquer Syrte, qui est soumise à l’armée nationale libyenne.

Milices et combattants

Misurata est le point militaire le plus important de l’ouest du pays, en termes de nombre d’hommes armés et de type d’armes. Sa milice comprend des ex-combattants, qui disposent d’un stock important d’armes sophistiquées. La ville est également une porte d’entrée pour le soutien militaire et logistique turc aux milices armées fidèles au gouvernement d’Al-Wefaq, via son aéroport et son port.

D’autre part, la Turquie a établi un nouveau pont aérien pour transporter des armes vers la Libye et a pour la première fois atterri l’un de ses avions-cargos directement sur la base aérienne d’Al-Wattia, qui a été récemment bombardée. Le site de surveillance militaire italien, « Radar Ectel », a déclaré qu’un avion Lockheed C13E portant le numéro (71 – 1468) a quitté la base de Konya dans le centre de la Turquie, et s’est rendu directement à la base d’Al-Wattia dans l’ouest de la Libye, habituellement les avions-cargos de l’armée de l’air turque atterraient à Misurata, soulignant que l’avion était ensuite retourné à la base aérienne de Konya.

D’autre part, l’armée libyenne se prépare à l’affrontement attendu à Syrte, où la direction de l’information militaire libyenne a déclaré que les côtes des villes de Syrte, Ras Lanuf et Brega ont été témoins d’une prolifération de patrouilles maritimes de l’armée nationale libyenne. La même source a publié sur Twitter des photos de patrouilles de la marine sur les côtes des villes de Syrte, Ras Lanuf et Brega.

Il y a deux jours, le porte-parole de l’armée libyenne, le général de division Ahmed Al-Mismari, a annoncé que des renforts supplémentaires a été déployé à l’ouest de la ville de Syrte, pour protéger les capacités du peuple libyen. Al-Mismari a ajouté, lors d’une conférence de presse, que « toutes les unités de l’armée nationale sont déployées dans la plupart des zones du front et que des systèmes modernes de défense aérienne ont été déployés autour de la plupart des villes de l’est et des sites vitaux », niant le retrait des forces armées du croissant Pétrolier.

L’Egypte sur la ligne

En revanche, la situation en Libye se dirige vers une intervention directe égyptienne, dont les traits se dévoilent de jour en jour, en réponse à l’intervention turque sur le sol libyen, la poursuite des opérations d’Ankara pour transférer des mercenaires et des terroristes et l’acheminement des cargaisons d’armes en vue d’une bataille menée par le régime turc dans le but de contrôler les villes de Syrte et d’Al-Jafra et de mettre la main sur les champs pétroliers afin qu’il puisse piller les richesses des Libyens.

Un nouveau pas franchi par Le Caire, qui est venue avec l’annonce par le parlement égyptien, de son approbation de déployer des forces armées égyptiennes dans des missions de combat à l’étranger, et de déployer des forces pour défendre la sécurité nationale, notamment dans le cadre stratégique occidental; En référence à la frontière avec la Libye. Cette approbation intervient dans le contexte de la préparation de l’intervention militaire directe de l’Égypte en Libye pour vaincre l’invasion turque et éliminer les milices et les mercenaires d’Erdogan, qui menacent maintenant la Libye et la région dans son ensemble.

Un communiqué du Parlement a déclaré que le Conseil approuvait à l’unanimité les avis des députés présents d’envoyer des éléments des forces armées égyptiennes en missions de combat hors des frontières de l’Etat égyptien, pour défendre la sécurité nationale égyptienne dans la direction stratégique occidentale, contre les actions des «milices criminelles armées et des éléments terroristes étrangers jusqu’à la fin de la mission des forces.  » Le communiqué a ajouté que « les forces armées et leurs dirigeants ont la licence constitutionnelle et légale pour déterminer quand et où répondre à ces menaces « .

La Turquie et le pillage des richesses

La décision du parlement égyptien vient suite à la rencontre entre le président égyptien, Abdel Fattah El-Sissi, et les cheikhs et notables des tribus libyennes, qui ont confirmé leur mandat au président égyptien et aux forces armées égyptiennes d’intervenir pour protéger la souveraineté libyenne, et prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir les intérêts de sécurité nationale de la Libye et de l’Égypte et faire face aux défis communs.

Le Parlement libyen a annoncé, acceptant officiellement cela et autorisant les forces armées égyptiennes à intervenir militairement en Libye pour soutenir les Libyens dans leur guerre contre l’occupation turque, qui cherche à contrôler les champs pétroliers et à piller les richesses du pays pour soutenir l’économie chancelante d’Ankara.

Il a déclaré dans un communiqué: « Les forces armées égyptiennes ont le droit d’intervenir pour protéger la sécurité nationale libyenne et égyptienne si elles voient qu’il y a une menace imminente à la sécurité de nos deux pays ».

La déclaration du parlement libyen a indiqué que le pays est exposé à une ingérence turque flagrante et à une violation de la souveraineté libyenne avec la bénédiction des milices armées contrôlant l’ouest du pays et l’autorité de facto à laquelle elles sont soumises.

Il a souligné que « l’Égypte représente une profondeur stratégique pour la Libye à tous les niveaux de sécurité, économique et social tout au long de l’histoire, et que l’occupation turque menace directement la Libye et les pays voisins, dont le premier est l’Égypte, qui ne s’arrêtera qu’avec les efforts concertés des pays arabes voisins ».

Changer l’équilibre des pouvoirs

L’intervention égyptienne, si elle se produit, soulève une grande question sur la capacité des forces armées égyptiennes à changer le rapport de force en Libye? C’est une question à laquelle le président égyptien a répondu lors de sa récente rencontre avec les cheikhs et notables des tribus libyennes, lorsqu’il a souligné que «si l’Égypte intervenait en Libye, cela changerait rapidement la scène militaire», ajoutant: «Nous avons les armées les plus fortes de la région et de l’Afrique».

Malgré les appels internationaux au respect de l’embargo sur les armes à la Libye et à la non-ingérence dans les affaires intérieures du pays, le président turc Recep Tayyip Erdogan insiste toujours sur la violation des obligations internationales afin de contrôler la richesse de la Libye. Les villes libyennes ont été témoins de manifestations populaires condamnant l’invasion turque, comme l’ont confirmé les tribus libyennes dans leurs déclarations; Opposez-vous aux tentatives d’Erdogan de transformer la Libye en un État turc. Les partisans de l’affaire libyenne affirment que les allégations d’Erdogan concernant la paix en Libye ne vont pas trompé les Libyens qui se dresseront contre ses plans et ne permettront pas que leurs terres soient occupées et leurs richesses volées.

Copyright et droits de copie électronique et papier réservés au Centre de recherche et d’études MENA ©