Turquie : Le sentiment anti-arménien augmente après les affrontements azerbaïdjanais-arméniens

Moniteur nordique

Les affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le sud du Caucase ont déclenché une nouvelle vague de sentiments anti-arméniens en Turquie, exploités et alimentés par des éléments ultranationalistes qui ont accru la pression sur ses citoyens arméniens.

Yetvart Danzikyan, rédacteur en chef du journal Agos, publié à la fois en turc et en arménien, a déclaré au National que le conflit avait suscité des sentiments nationalistes en Turquie qui suscitaient des inquiétudes au sein de la communauté arménienne. «Qu’il s’agisse du Karabakh ou d’une décision prise par la législature américaine sur [la reconnaissance] du génocide arménien, malheureusement, les Turco-Arméniens ont le sentiment que les projecteurs se tournent soudainement sur eux, et bien sûr, cela crée de l’anxiété parmi eux», a déclaré Danzikyan.

Le législateur arméno-turc Garo Paylan, du Parti démocratique du peuple pro-kurde (HDP), a été ciblé vendredi par des annonces dans les journaux publiées par le groupe de réflexion nationaliste Centre for Eurasian Strategic Studies (ASAM) pour ses commentaires sur les affrontements en cours entre l’Azerbaïdjan et Arménie, a rapporté le Centre de Stockholm pour la liberté (SCF).

Garo Paylan

Les publicités affirmaient que Paylan «blâmait sans vergogne l’Azerbaïdjan et la Turquie et soutenait ouvertement l’Arménie». Qualifiant les propos du législateur de «preuves d’une trahison inacceptable», l’ASAM a appelé le «pouvoir judiciaire indépendant» et le parlement turc à prendre «les mesures nécessaires» au sujet de Paylan.

L’annonce de l’ASAM a ajouté que la nation turque «ne pardonnerait jamais à ceux qui essaient de créer de fausses perceptions contre le gouvernement turc en diffusant le« on prétend que la Turquie envoie des armes et des militants djihadistes se battre dans le récit de l’Azerbaïdjan ».

ASAM a été fondé par Ümit Özdağ, un député du parti ultranationaliste (IYI) du sud de la province de Gaziantep, qui est connu pour sa campagne anti-syrienne visant à renvoyer les réfugiés syriens chez eux. Les Syriens ont dû fuir leur pays en raison de sa guerre civile de neuf ans.

Suite aux manifestations devant le patriarcat arménien à Istanbul, Paylan avait mis en garde les autorités turques contre les discours de haine et les crimes au milieu des récents affrontements entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie au sujet de la région contestée du Haut-Karabakh.

Un groupe de Turcs et d’Azéris a été autorisé à organiser des manifestations devant le Patriarcat arménien à Istanbul le 27 septembre, à la suite du déclenchement du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Des manifestants ont agité des drapeaux azerbaïdjanais et turcs et scandé des slogans dans un convoi de voitures dans la rue du patriarcat dans le quartier de Kumkapi à Istanbul.

Le gouverneur d’Istanbul a attiré les critiques car il n’a pas exercé son pouvoir pour empêcher une manifestation aussi risquée et provocante, a rapporté Turkish Minute.À la fin de l’état d’urgence en juillet 2018, les gouverneurs de la Turquie ont été autorisés à mettre en œuvre des mesures d’urgence pendant trois ans. Les gouverneurs ont fréquemment utilisé leurs nouveaux pouvoirs pour restreindre et disperser les réunions et manifestations de l’opposition dans le pays.

Ömer Faruk Gergerlioğlu, député du HDP et militant des droits de l’homme, a également mis en doute l’approbation de la manifestation accordée par les autorités turques, demandant si le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP) prévoyait de «nouveaux incidents du 6 au 7 septembre». Le législateur faisait référence au pogrom d’Istanbul de 1955 contre les minorités, y compris les Grecs, les Arméniens et les Juifs.

Le cimetière arménien d’Ankara a été profané en août

Plusieurs attaques ont visé la communauté arménienne à Istanbul cette année. En mai, un homme a tenté de mettre le feu à la porte de l’église Dznunt Surp Asdvadzadzni dans le quartier de Bakırköy à Istanbul. Trois semaines plus tard, un crucifix de la porte de l’église arménienne Surp Krikor Lusaroviç dans le quartier de Kuzguncuk, du côté asiatique d’Istanbul, a été arraché. Une lettre de menaces a également été envoyée à la Fondation Hrant Dink, créée en 2007 à la suite de l’assassinat de Hrant Dink, le fondateur de l’hebdomadaire Agos.

En août, certaines des tombes du cimetière arménien de la fondation de l’église Surp Pırgiç ou Karasun Manug dans le district de Sincan à Ankara ont été profanées, a rapporté SCF.

Un rapport sur le discours de haine de la Fondation Hrant Dink, intitulé «Discours de haine et discours discriminatoire dans les médias Rapport 2019», a révélé que les Arméniens, les réfugiés syriens et les Grecs figuraient en tête de la liste des groupes ciblés par des discours de haine par les médias en 2019. En surveillant les médias, le rapport vise à détecter les discours intolérants et à renforcer la solidarité sociale.

Selon le rapport, les Arméniens étaient le groupe le plus ciblé en 2019 avec 803 discours de haine. Ils ont été décrits comme des ennemis et associés à la violence, au terrorisme et aux massacres dans le contexte du conflit Arménie-Azerbaïdjan.