Turquie: les exportations de l’industrie de la défense en baisse significative

Les derniers chiffres officiels des exportations turques des produits de la défense et de l’aérospatiale montrent une forte baisse des ventes au cours de la période janvier-août 2020, selon les données publiées par l’Assemblée des exportateurs turcs (Türkiye İhracatçılar Meclisi, ou TİM).

Au milieu d’une crise économique et de la pandémie de COVID-19, les exportations de l’industrie de la défense turques ont diminué de 26,1% en janvier-août 2020 par rapport à la même période l’année dernière, ont révélé les chiffres de TİM.

La valeur de la livre turque a chuté, l’économie est confrontée à une récession, et la pandémie a posé un défi inattendu au secteur de la défense. L’économie turque a été frappée par une crise monétaire et les taux d’inflation et de chômage sont en augmentation. Il y a cinq ans, le dollar américain s’échangeait à 1,7 livre turque, tandis que le taux de change se situe aujourd’hui entre 1 et 7,5 livres.

L’industrie turque de la défense est en pleine expansion, elle a fait d’importants progrès dans le domaine des exportations au cours des années précédentes. Cependant, elle fait face à un certain nombre de défis cette année. En plus de la pandémie et des problèmes financiers, le gouvernement turc ne peut pas facilement obtenir des sous-systèmes étrangers pour équiper ses plates-formes en raison des embargos sur les armes imposés par certains pays occidentaux et géants de la défense.

Selon les chiffres du TIM, le total des exportations d’armes de l’industrie turque de la défense et de l’aérospatiale a fortement chuté à 1,239 million de dollars. Les ventes totales des conglomérats de défense turcs étaient de 1,677 million de dollars au cours de la même période de l’an dernier.

Malgré les derniers chiffres, la présidence turque des industries de la défense (SSB) a publié, via son compte de médias sociaux, une infographie affirmant que les exportations de l’industrie de la défense dépasseront les 3 milliards de dollars en 2020.

Plusieurs pays, dont la France, la Finlande, la Norvège, la Suède, la République tchèque, les Pays-Bas, l’Espagne et l’Allemagne, ont imposé des embargos sur les armes au gouvernement turc après que ses troupes sont entrées en Syrie pour attaquer la milice kurde en octobre 2019. Les États membres de l’UE ont également convenu le 14 octobre 2019 de limiter les exportations d’armes vers la Turquie, provoquant la condamnation d’Ankara.

Selon son site Web, TİM est une organisation faîtière d’exportateurs turcs, représentant plus de 95 000 exportateurs dans 27 secteurs et 61 associations d’exportateurs et a été créée en 1993 par le gouvernement. L’assemblée «prépare et partage des plans stratégiques pour le développement de l’économie et des exportations du pays avec le gouvernement et coordonne des travaux importants tels que la stratégie d’exportation, la stratégie d’innovation, les centres d’incubation», indique son page Web. En 2018, le secteur de la défense turc a connu la plus forte croissance des exportations parmi toutes les industries turques, et ses exportations ont franchi pour la première fois le seuil de 2 milliards de dollars. En décembre 2019, la SSB a publié un plan stratégique pour 2019–23.

Les chiffres des exportations de l’industrie de défense de la Turquie pour la période janvier-août 2020 publiés par TİM.

Le plan ambitieux vise à augmenter les exportations de défense et d’aérospatiale de la Turquie à 10,2 milliards de dollars d’ici 2023. De plus, selon le plan, l’industrie nationale couvrira 75% des besoins militaires du pays en 2023. Les revenus annuels de l’industrie de la défense et de l’aérospatiale devraient passer à 26,9 milliards de dollars d’ici 2023, contre 6,7 milliards de dollars en 2018. Cependant, les chiffres récents renforcent les doutes sur la capacité du secteur à atteindre les objectifs du gouvernement turc tels que publiés dans le plan stratégique.

Le mois dernier, le magazine américain Defence News a répertorié sept sociétés de défense turques telles que le spécialiste de l’électronique militaire Aselsan, Turkish Aerospace Industries, le fabricant de véhicules blindés BMC, le fabricant de missiles Roketsan, le spécialiste des technologies militaires STM, le fabricant de véhicules blindés FNSS et le spécialiste des logiciels militaires Havelsan dans son liste des 100 meilleures entreprises mondiales avec les revenus de défense les plus élevés.

Une infographie publiée par la présidence turque des industries de défense (SSB).

Selon le rapport annuel publié par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), la Turquie a dépensé 20,4 milliards de dollars pour son armée en 2019. La Turquie était 16e dans le classement des dépenses militaires de 2019 du rapport et ses dépenses militaires ont augmenté de 5,8% par rapport à l’année précédente. .

«Les dépenses militaires turques ont augmenté de 86% au cours de la décennie 2010-19 pour atteindre 20,4 milliards de dollars. Il y a eu une augmentation particulièrement forte des dépenses militaires turques entre 2017 et 2018, de 27%, tandis que l’augmentation entre 2018 et 2019 était de 5,8% », indique le rapport. Le rapport du SIPRI a souligné que les nations du monde ont dépensé un total de 1,9 billion de dollars pour leurs armées en 2019, la plus forte hausse en une décennie.

Structure de la Fondation des forces armées turques (TAFF).

Le président Recep Tayyip Erdoğan a consolidé les fabricants d’armes et les agences d’approvisionnement du gouvernement sous son contrôle direct et indirect et a utilisé le complexe militaro-industriel pour maintenir et financer son pouvoir. En Turquie, l’industrie de la défense est dominée par la Fondation des forces armées turques (TAFF) qui a été fondée en 1987 pour «renforcer la force de combat des forces armées turques» et a joué un rôle de premier plan dans l’établissement et le développement de l’industrie de la défense. Il contrôle directement ou indirectement de grandes entreprises telles qu’Aselsan (électronique), Isbir (générateurs et alternateurs), Aspilsan (produits pack batterie), Havelsan (informatique), Roketsan (fusées et missiles) et TAI (aérospatiale et satellites).

 Le 24 décembre 2017, le président Erdoğan a publié un décret plaçant la «fondation» dirigée par l’armée sous son contrôle. Aujourd’hui, le conseil d’administration de la TAFF, principal organe décisionnel de la fondation, est présidé par Erdoğan.