Un aperçu sur le modèle de propagande russe et des solutions

Russia Today

Une étude de l’institut RAND — Christopher Paul et Miriam Matthews

À propos de cet article

Depuis son incursion en Géorgie en 2008 (sinon avant), l’approche russe de la propagande a connu une évolution remarquable.

Le pays a effectivement utilisé de nouveaux canaux de diffusion et de nouveaux messages pour soutenir son annexion en 2014 de la péninsule de Crimée, son implication continue dans les conflits en Ukraine et en Syrie, et son antagonisme des alliés de l’OTAN.

Comme un « feu du mensonge », le modèle de propagande russe est à haut volume et multicanal, et il diffuse des messages sans égard à la vérité.

Il est également rapide, continu et répétitif, et il manque d’engagement à la cohérence.

Ces techniques semblent aller à l’encontre de la sagesse reçue pour des campagnes d’information réussies, mais la recherche en psychologie soutient bon nombre des aspects les plus réussis du modèle.

De plus, les facteurs mêmes qui rendent le tuyau d’incendie du mensonge efficace le rendent également difficile à contrer. Les approches traditionnelles de contre-propagande seront probablement inadéquates dans ce contexte.

Des solutions plus efficaces peuvent être trouvées dans la même littérature de psychologie qui explique le succès surprenant du modèle de propagande russe et de ses messages.

Cette perspective a été parrainée par le Bureau de soutien technique de la lutte contre le terrorisme et produite au Centre de politique de sécurité et de défense internationale du RAND national, un centre de recherche et de développement financé par le gouvernement fédéral et parrainé par le Bureau du Secrétaire à la défense, l’état-major interarmées, les Unified Combatant Commands, la Navy, le Marine Corps, les agences de défense et la Defense Intelligence Community.

Introduction

Depuis son incursion en Géorgie en 2008 (sinon avant), l’approche russe de la propagande a connu une évolution remarquable. Cette nouvelle approche a été pleinement exposée lors de l’annexion de la péninsule de Crimée en 2014.

Elle continue d’être démontrée à l’appui des conflits en cours en Ukraine et en Syrie et à la poursuite d’objectifs néfastes et à long terme dans le « proche étranger » de la Russie et contre les alliés de l’OTAN.

À certains égards, l’approche russe actuelle de la propagande s’appuie sur les techniques de l’époque de la guerre froide soviétique, en mettant l’accent sur l’obscurcissement et sur la nécessité pour les cibles d’agir dans l’intérêt du propagandiste sans se rendre compte qu’elles l’ont fait.

À d’autres égards, il est complètement nouveau et entraîné par les caractéristiques de l’environnement d’information contemporain. La Russie a profité de la technologie et des médias disponibles d’une manière qui aurait été inconcevable pendant la guerre froide.

Ses outils et canaux incluent désormais Internet, les médias sociaux et le paysage en évolution du journalisme professionnel et amateur et des médias.

Nous caractérisons le modèle russe contemporain de propagandes comme « le tuyau d’incendie du mensonge » en raison de deux de ses caractéristiques distinctives : un nombre élevé de canaux et de messages et une volonté éhontée de diffuser des vérités partielles ou des fictions directes. Pour reprendre les mots d’un observateur, « [N] EW nouvelle propagande russe divertit, embrouille et submerge le public ».

La propagande russe contemporaine a au moins deux autres caractéristiques distinctives. Il est également rapide, continu et répétitif, et il manque d’engagement à la cohérence.

Fait intéressant, plusieurs de ces caractéristiques vont directement à l’encontre de la sagesse conventionnelle sur l’influence efficace et la communication de sources gouvernementales ou de défense, qui soulignent traditionnellement l’importance de la vérité, de la crédibilité et de la prévention des contradictions.

En dépit de l’ignorance de ces principes traditionnels, la Russie semble avoir connu un certain succès dans son modèle de propagande contemporain, soit par une persuasion et une influence plus directes, soit en s’engageant dans l’obscurcissement, la confusion et la perturbation ou la diminution des reportages et des messages véridiques.

Nous proposons plusieurs explications possibles de l’efficacité du tuyau d’incendie du mensonge de la Russie. Nos observations proviennent d’une revue concise, mais non exhaustive, de la littérature sur l’influence et la persuasion, ainsi que des recherches expérimentales dans le domaine de la psychologie.

Nous explorons les quatre caractéristiques identifiées du modèle de propagande russe et montrons comment et dans quelles circonstances chacune pourrait contribuer à l’efficacité.

De nombreux aspects réussis de la propagande russe ont des fondements surprenants dans la littérature en psychologie, nous concluons donc avec une brève discussion des approches possibles du même domaine pour répondre à ou concurrencer une telle approche.

La propagande russe est à haut volume et multicanal

La propagande russe est produite en volumes incroyablement importants et est diffusée ou autrement distribuée via un grand nombre de canaux.

Cette propagande comprend du texte, de la vidéo, de l’audio et des images fixes propagées via Internet, les médias sociaux, la télévision par satellite et la radiodiffusion et la télévision traditionnelles.

Les producteurs et les diffuseurs comprennent une force substantielle de « trolls » Internet rémunérés qui attaquent ou sapent également souvent des vues ou des informations contraires aux thèmes russes, en le faisant via des forums de discussion en ligne, des forums de discussion et des sections de commentaires sur les actualités et d’autres sites Web.

Radio Free Europe/Radio Liberty rapporte qu’« il y a des milliers de faux comptes sur Twitter, Facebook, Live Journal et v Kontakte » tenus par des propagandistes russes. Selon un ancien troll russe rémunéré sur Internet, les trolls sont en service 24 heures sur 24, en équipes de 12 heures, et chacun a un quota quotidien de 135 commentaires publiés d’au moins 200 caractères.

RT (anciennement Russia Today) est l’un des principaux fournisseurs d’informations multimédias en Russie.

Avec un budget de plus de 300 millions de dollars par an, il diffuse en anglais, français, allemand, espagnol, russe et plusieurs langues d’Europe de l’Est.

La chaîne est particulièrement populaire en ligne, où elle revendique plus d’un milliard de pages vues. Si cela est vrai, cela en ferait la source d’information la plus regardée sur Internet.

En plus des sources russes reconnues comme RT, il existe des dizaines de sites de nouvelles par procuration présentant la propagande russe, mais avec leur affiliation à la Russie déguisée ou minimisée.

La recherche expérimentale montre que, pour réussir à diffuser la propagande, la variété des sources compte :

  • Plusieurs sources sont plus convaincantes qu’une seule source, surtout si ces sources contiennent des arguments différents qui pointent vers la même conclusion.
  • Recevoir le même message ou un message similaire de plusieurs sources est plus convaincant.
  • Les gens supposent que les informations provenant de plusieurs sources sont susceptibles d’être basées sur des perspectives différentes et méritent donc une plus grande considération.

Le nombre et le volume des sources comptent également :

  • L’approbation par un grand nombre d’utilisateurs renforce la confiance, la confiance des consommateurs dans les informations, souvent avec peu d’attention portée à la crédibilité de ceux qui font les avenants.
  • Lorsque l’intérêt des consommateurs est faible, la force de persuasion d’un message peut dépendre davantage du nombre d’arguments le soutenant que de la qualité de ces arguments.

Enfin, les opinions des autres sont importantes, surtout si le message provient d’une source qui partage des caractéristiques avec le destinataire :

  • Les communications de groupes auxquels appartient le destinataire sont plus susceptibles d’être perçues comme crédibles.

Il en va de même lorsque la source est perçue comme similaire au destinataire. Si un canal de propagande est (ou prétend être) d’un groupe auquel le destinataire s’identifie, il est plus susceptible d’être persuasif.

  • La crédibilité peut être sociale ; c’est-à-dire que les gens sont plus susceptibles de percevoir une source comme crédible si d’autres la perçoivent comme crédible.

Cet effet est encore plus fort lorsqu’il n’y a pas suffisamment d’informations disponibles pour évaluer la fiabilité de la source.

  • Lorsque le volume d’informations est faible, les destinataires ont tendance à privilégier les experts, mais lorsque le volume d’informations est élevé, les destinataires ont tendance à favoriser les informations provenant d’autres utilisateurs.
  • Dans les forums en ligne, les commentaires attaquant l’expertise ou la fiabilité d’un promoteur diminuent la crédibilité et la probabilité que les lecteurs prennent des mesures en fonction de ce qu’ils ont lu.

La littérature de psychologie expérimentale suggère que, toutes choses étant égales par ailleurs, les messages reçus en plus grand volume et provenant de plus de sources seront plus convaincants.

La quantité a en effet une qualité qui lui est propre. Un volume élevé peut offrir d’autres avantages pertinents dans le contexte de la propagande russe.

Premièrement, un volume élevé peut consommer l’attention et la bande passante disponible d’autres publics potentiels, noyant les messages concurrents. Deuxièmement, un volume élevé peut submerger les messages concurrents dans un flot de désaccords. Troisièmement, plusieurs canaux augmentent les chances que le public cible soit exposé au message.

Quatrièmement, la réception d’un message via plusieurs modes et à partir de plusieurs sources augmente la crédibilité perçue du message, surtout si une source de diffusion est celle à laquelle un membre de l’audience s’identifie.

La propagande russe est rapide, continue et répétitive

La propagande russe contemporaine est continue et très sensible aux événements. En raison de leur manque d’engagement envers la réalité objective (discuté plus loin), les propagandistes russes n’ont pas besoin d’attendre pour vérifier les faits ou vérifier les affirmations ; ils ne font que diffuser une interprétation des événements émergents qui semble privilégier au mieux leurs thèmes et objectifs.

Cela leur permet d’être remarquablement réactifs et agiles, diffusant souvent les premières « nouvelles » d’événements (et, avec une fréquence similaire, les premières nouvelles de non-événements, ou des choses qui ne se sont pas réellement produites).

Ils répéteront et recycleront également la désinformation.

L’édition du 14 janvier 2016 de Weekly Désinformation Review a rapporté la réémergence de plusieurs histoires de propagande russe précédemment démystifiées, notamment que le président polonais Andrzej Duda insistait pour que l’Ukraine retourne l’ancien territoire polonais, que les combattants de l’État islamique se joignent aux forces pro-ukrainiennes, et qu’il y a eu un coup d’État soutenu par l’Occident à Kiev, la capitale de l’Ukraine.

Parfois, la propagande russe est reprise et rediffusée par des médias légitimes ; plus fréquemment, les médias sociaux répètent les thèmes, messages ou mensonges introduits par l’un des nombreux canaux de diffusion de la Russie.

Par exemple, des sources d’information allemandes ont retransmis la désinformation russe sur les atrocités commises en Ukraine au début de 2014, et la désinformation russe sur les projets de l’UE de refuser les visas aux jeunes hommes ukrainiens a été répétée avec une telle fréquence dans les médias ukrainiens que l’état-major ukrainien s’est senti obligé de publier une réfutation.

La littérature de psychologie expérimentale nous dit que les premières impressions sont très résistantes : un individu est plus susceptible d’accepter les premières informations reçues sur un sujet et de privilégier ces informations lorsqu’il est confronté à des messages contradictoires.

De plus, la répétition mène à la familiarité, et la familiarité mène à l’acceptation :

  • Il a été démontré qu’une exposition répétée à une déclaration augmente son acceptation comme vraie.
  • L ’« effet de vérité illusoire » est bien documenté, selon lequel les gens jugent les déclarations plus véridiques, valides et crédibles lorsqu’elles ont déjà rencontré ces déclarations que lorsqu’il s’agit de nouvelles déclarations.
  • Lorsque les gens sont moins intéressés par un sujet, ils sont plus susceptibles d’accepter la familiarité induite par la répétition comme indicateur que les informations (répétées jusqu’à la familiarité) sont correctes.
  • Lors du traitement des informations, les consommateurs peuvent économiser du temps et de l’énergie en utilisant une heuristique de fréquence, c’est-à-dire en privilégiant les informations qu’ils ont entendues plus fréquemment.
  • Même avec des histoires absurdes et des légendes urbaines, ceux qui les ont entendues plusieurs fois sont plus susceptibles de croire qu’elles sont vraies.
  • Si un individu connaît déjà un argument ou une revendication (l’a déjà vu, par exemple), il le traite moins soigneusement, souvent en ne distinguant pas les arguments faibles des arguments forts.

La propagande russe a l’agilité d’être la première, ce qui donne aux propagandistes la possibilité de créer la première impression.

Ensuite, la combinaison de messages volumineux, multicanaux et continus rend les thèmes russes plus susceptibles d’être familiers à leur public, ce qui leur donne un coup de pouce en termes de crédibilité, d’expertise et de fiabilité perçues.

La propagande russe ne prend aucun engagement envers la réalité objective

Il n’est peut-être pas surprenant que la littérature en psychologie soutienne le potentiel persuasif de canaux et de sources diversifiés à volume élevé, ainsi que la rapidité et la répétition. Ces aspects de la propagande russe ont un sens intuitif.

On s’attendrait à ce que tout effort d’influence connaisse un plus grand succès s’il est soutenu par une volonté d’investir dans un volume et des canaux supplémentaires et si ses architectes trouvent des moyens d’augmenter la fréquence et la réactivité des messages.

Cette caractéristique suivante, cependant, va à l’encontre de l’intuition et de la sagesse conventionnelle, qui peuvent être paraphrasées comme « La vérité l’emporte toujours ».

La propagande russe contemporaine ne fait que peu ou pas d’engagement envers la vérité. Cela ne veut pas dire que tout cela est faux.

Bien au contraire : elle contient souvent une fraction importante de la vérité. Parfois, cependant, les événements rapportés dans la propagande russe sont entièrement fabriqués, comme la campagne des médias sociaux de 2014 pour créer la panique à propos d’une explosion et d’un panache chimique dans la paroisse de St. Mary, en Louisiane, qui ne s’est jamais produite.

La propagande russe s’est appuyée sur des preuves fabriquées, souvent photographiques. Certaines de ces images sont facilement exposées comme fausses en raison d’une mauvaise retouche photo, comme des écarts d’échelle ou la disponibilité de l’image d’origine (prémodifiée).

Des propagandistes russes ont été surpris en train d’embaucher des acteurs pour représenter des victimes d’atrocités ou de crimes fabriqués pour des reportages (comme ce fut le cas lorsque Viktoria Schmidt a prétendu avoir été attaquée par des réfugiés syriens en Allemagne pour le réseau de télévision russe Zvezda), ou simuler des reportages sur place (comme le montre une vidéo divulguée dans laquelle la « journaliste » Maria Katasonova se révèle être dans une pièce sombre avec des sons d’explosion jouant en arrière-plan plutôt que sur un champ de bataille à Donetsk lorsqu’une lumière est allumée pendant l’enregistrement).

Outre la fabrication d’informations, les propagandistes russes fabriquent souvent des sources. Les chaînes d’information russes, telles que RT et Sputnik News, ressemblent davantage à un mélange d’infodivertissement et de désinformation qu’à un journalisme vérifié, bien que leurs formats prennent intentionnellement l’apparence de programmes d’information appropriés.

Les chaînes d’information russes et d’autres formes de médias citent également à tort des sources crédibles ou citent une source plus crédible comme l’origine d’un mensonge sélectionné.

Par exemple, RT a déclaré que le blogueur Brown Moses (un fervent critique du régime syrien Assad dont le vrai nom est Eliot Higgins) avait fourni une analyse de séquences suggérant que des attaques à l’arme chimique le 21 août 2013 avaient été perpétrées par des rebelles syriens.

En fait, l’analyse de Higgins a conclu que le gouvernement syrien était responsable des attaques et que les images avaient été truquées pour en rejeter la faute.

De même, plusieurs universitaires et journalistes, dont Edward Lucas, Luke Harding et Don Jensen, ont rapporté que des livres qu’ils n’avaient pas écrits — et contenant des opinions clairement contraires aux leurs — avaient été publiés en russe sous leurs noms.

« La machine à filer du Kremlin veut dépeindre la Russie comme une forteresse assiégée entourée par des étrangers malveillants », a déclaré Lucas à propos de son volume mal attribué, « How the West Lost to Putin » « Comment l’Occident a-t-il perdu pour Poutine ».

Pourquoi cette désinformation pourrait-elle être efficace ?

Premièrement, les gens sont souvent paresseux sur le plan cognitif. En raison de la surcharge d’informations (en particulier sur Internet), ils utilisent un certain nombre d’heuristiques et de raccourcis différents pour déterminer si les nouvelles informations sont fiables.

Deuxièmement, les gens savent souvent mal distinguer les vraies informations des fausses informations ou se souvenir qu’ils l’ont fait auparavant.

Voici quelques exemples tirés de la littérature :

  • Dans un phénomène connu sous le nom d’« effet dormant », les sources de faible crédibilité manifestent un plus grand impact persuasif avec le temps. Alors que les gens font des évaluations initiales de la crédibilité d’une source, en se souvenant, l’information est souvent dissociée de sa source.
    Ainsi, les informations provenant d’une source douteuse peuvent être mémorisées comme vraies, avec la source oubliée.
  • Les informations initialement supposées valides mais rétractées par la suite ou fausses peuvent continuer à façonner la mémoire des gens et à influencer leur raisonnement.
  • Même lorsque les gens sont conscients que certaines sources (telles que la rhétorique de campagne politique) ont le potentiel de contenir des informations erronées, elles montrent toujours une faible capacité à faire la distinction entre les informations fausses et les informations correctes.

Les thèmes ou messages familiers peuvent être attrayants même si ces thèmes et messages sont faux.

Les informations qui se rapportent à des identités de groupe ou à des récits familiers — ou qui suscitent des émotions — peuvent être particulièrement convaincantes.

La littérature décrit les effets de cette approche :

  • Quelqu’un est plus susceptible d’accepter des informations lorsqu’elles sont cohérentes avec d’autres messages que la personne pense être vrais.
  • Les gens souffrent de « biais de confirmation » : ils considèrent les nouvelles et les opinions qui confirment les croyances existantes comme plus crédibles que les autres nouvelles et opinions, quelle que soit la qualité des arguments.
  • Quelqu’un qui est déjà mal informé (c’est-à-dire qui croit quelque chose qui n’est pas vrai) est moins susceptible d’accepter des preuves allant à l’encontre de ces croyances mal informées.
  • Les personnes dont le groupe de pairs est affecté par un événement sont beaucoup plus susceptibles d’accepter les théories du complot concernant cet événement.
  • Les histoires ou les récits qui créent une excitation émotionnelle chez le destinataire (par exemple, dégoût, peur, bonheur) sont beaucoup plus susceptibles d’être transmis, qu’ils soient vrais ou non.
  • Les messages en colère sont plus convaincants pour un public en colère.

Les fausses déclarations sont plus susceptibles d’être acceptées si elles sont étayées par des preuves, même si ces preuves sont fausses :

  • La présence de preuves peut l’emporter sur les effets de la crédibilité de la source sur la véracité perçue des déclarations.
  • Dans les simulations de salle d’audience, les témoins qui fournissent plus de détails — même des détails triviaux — sont jugés plus crédibles.

Enfin, la crédibilité des sources est souvent évaluée sur la base d’« indices périphériques », qui peuvent ou non être conformes à la réalité de la situation.

Une émission qui ressemble à une émission d’actualités, même s’il s’agit en fait d’une émission de propagande, peut bénéficier du même degré de crédibilité qu’une émission d’actualités réelle. Les résultats du domaine de la psychologie montrent comment les indices périphériques peuvent accroître la crédibilité de la propagande :

  • Des indices périphériques, tels que l’apparition de l’expertise ou le format de l’information, amènent les gens à accepter — avec peu de réflexion — que l’information provient d’une source crédible.
  • L’expertise et la fiabilité sont les deux principales dimensions de la crédibilité, et ces qualités peuvent être évaluées en fonction d’indices visuels, tels que le format, l’apparence ou de simples déclarations d’expertise.
  • Les sites d’actualités en ligne sont perçus comme plus crédibles que les autres formats en ligne, quelle que soit la véracité du contenu.

Des indices périphériques, tels que l’apparition de l’expertise ou le format de l’information, amènent les gens à accepter — avec peu de réflexion — que l’information provient d’une source crédible.

L’expertise et la fiabilité sont les deux principales dimensions de la crédibilité, et ces qualités peuvent être évaluées en fonction d’indices visuels, tels que le format, l’apparence ou de simples déclarations d’expertise.

Les sites d’actualités en ligne sont perçus comme plus crédibles que les autres formats en ligne, quelle que soit la véracité du contenu.

Cette proportion augmente en fait avec le temps, les gens oubliant qu’ils ont rejeté certains « faits » proposés. La proportion de mensonges acceptés augmente encore plus lorsque la désinformation est cohérente avec les récits ou les idées préconçues détenus par divers publics.

Lorsque des preuves sont présentées ou que des sources apparemment crédibles diffusent les mensonges, les messages sont encore plus susceptibles d’être acceptés. C’est pourquoi les chaînes de propagande russe de fausses informations, telles que RT et Spoutnik, sont si insidieuses.

Visuellement, ils ressemblent à des programmes d’information et les personnes qui y figurent sont représentées en tant que journalistes et experts, ce qui rend les membres du public beaucoup plus susceptibles d’attribuer de la crédibilité à la désinformation que ces sources diffusent.

La propagande russe n’est pas engagée dans la cohérence

La dernière caractéristique distinctive de la propagande russe est qu’elle n’est pas attachée à la cohérence.

Premièrement, les différents médias de propagande ne diffusent pas nécessairement exactement les mêmes thèmes ou messages.

Deuxièmement, les différentes chaînes ne diffusent pas nécessairement le même récit d’événements contestés.

Troisièmement, les différents canaux ou représentants ne craignent pas de « changer leur musique ».

Si un mensonge ou une fausse déclaration est révélé ou n’est pas bien reçu, les propagandistes le rejetteront et passeront à une nouvelle explication (mais pas nécessairement plus plausible).

Un exemple d’un tel comportement est la chaîne de comptes proposée pour l’abattage du vol 17 de Malaysia Airlines. Des sources russes ont proposé de nombreuses théories sur la façon dont l’avion a été abattu et par qui dont très peu sont plausibles 27. Manque d’engagements la cohérence est également apparente dans les déclarations du président russe Vladimir Poutine.

Par exemple, il a d’abord nié que les « petits hommes verts » en Crimée étaient des soldats russes, mais a admis plus tard qu’ils l’étaient. De même, il a d’abord nié tout désir de voir la Crimée rejoindre la Russie, mais il a ensuite admis que tel était son plan depuis le début.

Encore une fois, cela va à l’encontre de la sagesse conventionnelle sur l’influence et la persuasion. Si les sources ne sont pas cohérentes, comment peuvent-elles être crédibles ? S’ils ne sont pas crédibles, comment peuvent-ils avoir une influence ? La recherche suggère que l’incohérence peut avoir des effets néfastes sur la persuasion, par exemple lorsque les destinataires font un effort pour examiner les messages incohérents de la même source.

Cependant, la littérature en psychologie expérimentale montre également que le public peut ignorer les contradictions dans certaines circonstances :

  • Les contradictions peuvent susciter le désir de comprendre pourquoi un changement d’opinion ou de messages s’est produit.

Lorsqu’un argument apparemment fort pour un changement est fourni ou         Supposé (par exemple, plus de réflexion est donnée ou plus d’informations sont obtenues), le nouveau message peut avoir un plus grand impact persuasif.

  • Lorsqu’une source semble avoir envisagé différentes perspectives, la confiance des consommateurs en matière d’attitude est plus grande. Une source qui modifie son opinion ou son message peut être perçue comme ayant accordé une plus grande attention au sujet, influençant ainsi la confiance du destinataire dans le message le plus récent.

Les pertes potentielles de crédibilité dues à l’incohérence sont potentiellement compensées par des synergies avec d’autres caractéristiques de la propagande contemporaine.

Comme indiqué précédemment dans la discussion des canaux multiples, la présentation de plusieurs arguments par plusieurs sources est plus convaincante que la présentation de plusieurs arguments par une seule source ou la présentation d’un argument par plusieurs sources.

Ces pertes peuvent également être compensées par des indices périphériques qui renforcent les perceptions de crédibilité, de fiabilité ou de légitimité.

Même si une chaîne ou un propagandiste individuel modifie les comptes rendus d’événements d’un jour à l’autre, les téléspectateurs sont susceptibles d’évaluer la crédibilité du nouveau compte sans donner trop de poids au compte précédent « erroné », à condition qu’il y ait des indices périphériques suggérant la source est crédible.

Bien que la littérature en psychologie suggère que l’entreprise de propagande russe souffre peu lorsque les canaux sont incompatibles les uns avec les autres, ou lorsqu’un canal unique est incohérent en interne, il n’est pas clair comment l’incohérence a-t-elle s’accumule pour une seule personnalité.

Bien que des récits incohérents de différents propagandistes sur RT, par exemple, puissent être excusés comme les opinions de différents journalistes ou des changements dus à des informations mises à jour, les fabrications de Vladimir Poutine lui ont été attribuées sans ambiguïté, ce qui ne peut pas être bon pour sa crédibilité personnelle.

Bien sûr, peut-être que beaucoup de gens ont une faible attente de référence quant à la véracité des déclarations des politiciens et des dirigeants mondiaux.

Dans la mesure où c’est le cas, les fabrications de Poutine, bien que plus que la routine pourrait être perçue comme juste plus de ce qui est attendu des politiciens en général et pourrait ne pas limiter son potentiel d’influence futur.

Que peut-on faire pour contrer l’incendie du mensonge ?

La recherche expérimentale en psychologie suggère que les caractéristiques du modèle de propagande russe contemporain ont le potentiel d’être très efficaces.

Même les caractéristiques qui vont à l’encontre de la sagesse conventionnelle sur l’influence effective (par exemple, l’importance de la véracité et de la cohérence) reçoivent un certain soutien dans la littérature.

Si l’approche russe de la propagande est efficace, que peut-on y faire ? Nous concluons par quelques réflexions sur la manière dont l’OTAN, les États-Unis ou d’autres opposants au tuyau d’incendie du mensonge pourraient mieux rivaliser.

La première étape consiste à reconnaître qu’il s’agit d’un défi non trivial. En effet, les facteurs mêmes qui rendent efficace la lance d’incendie du mensonge le rendent également assez difficile à contrer :

Par exemple, le volume élevé et la multitude de canaux de propagande russe offrent un rendement proportionnellement limité si un canal est retiré des ondes (ou hors ligne) ou si une seule voix trompeuse est discréditée.

Les avantages convaincants que les propagandistes russes retirent de la présentation de la première version des événements (qui doivent ensuite être délogés par les vrais récits avec beaucoup plus d’efforts) pourraient être supprimés si les véritables récits étaient présentés en premier.

Mais alors que des journalistes crédibles et professionnels vérifient toujours leurs faits, la lance d’incendie russe du mensonge coule déjà : il faut moins de temps pour inventer des faits que pour les vérifier.

Nous ne sommes pas optimistes quant à l’efficacité des efforts de contre-propagande traditionnels.

Certes, un effort doit être fait pour signaler les mensonges et les incohérences, mais les mêmes preuves psychologiques qui montrent comment le mensonge et l’incohérence gagnent du terrain nous indiquent également que les rétractions et réfutations sont rarement efficaces.

Surtout après un laps de temps important, les gens auront du mal à se rappeler quelle information qu’ils ont reçue est la désinformation et quelle est la vérité.

En termes simples, notre première suggestion est de ne pas s’attendre à contrer la lance d’incendie du mensonge avec le pistolet à eau de la vérité.

Dans la mesure où des efforts pour contrer ou réfuter directement la propagande russe sont nécessaires, certaines meilleures pratiques disponibles — également tirées du domaine de la psychologie — peuvent et doivent être utilisées. Il a été démontré que trois facteurs augmentent l’efficacité (limitée) des rétractions et réfutations :

(1) des avertissements au moment de l’exposition initiale à la désinformation (2) la répétition de la rétractation ou de la réfutation, et (3) des corrections qui fournissent une autre histoire pour aider à combler l’écart résultant de la compréhension lorsque de faux « faits » sont supprimés.

La mise en garde est peut-être plus efficace que les rétractations ou réfutations de propagande qui ont déjà été reçues. La recherche suggère deux pistes possibles :

  • Les propagandistes gagnent en offrant la première impression, difficile à surmonter.

Si, cependant, les publics potentiels ont déjà reçu des informations correctes, la désinformation se retrouve dans le même rôle qu’une rétractation ou une réfutation : défavorisée par rapport à ce qui est déjà connu.

  • Lorsque les gens résistent à la persuasion ou à l’influence, cet acte renforce leurs croyances préexistantes.

Il peut être plus productif de mettre en évidence les façons dont les propagandistes russes tentent de manipuler le public, plutôt que de combattre les manipulations spécifiques.

Dans la pratique, s’attaquer à la désinformation et accroître la sensibilisation à la désinformation pourrait impliquer des efforts plus vigoureux et plus largement diffusés pour « éliminer » les sources de propagande russes et la nature de leurs efforts.

Alternativement, cela pourrait prendre la forme de sanctions, d’amendes ou d’autres barrières contre la pratique de la propagande sous couvert de journalisme.

Le régulateur britannique des communications, Ofcom, a sanctionné RT pour des programmes biaisés ou trompeurs, mais il en faut plus. Notre deuxième suggestion est de trouver des moyens d’aider à mettre des imperméables sur ceux à qui la lance d’incendie du mensonge est dirigés.

Une autre possibilité est de se concentrer sur la lutte contre les effets de la propagande russe, plutôt que sur la propagande elle-même. Les propagandistes travaillent pour accomplir quelque chose.

L’objectif peut être un changement d’attitudes, de comportements ou les deux. Identifiez les effets souhaités, puis travaillez pour contrer les effets contraires à vos objectifs.

Par exemple, supposons que l’objectif d’un ensemble de produits de propagande russe soit de saper la volonté des citoyens des pays de l’OTAN de répondre à l’agression russe.

Plutôt que d’essayer de bloquer, réfuter ou saper la propagande, concentrez-vous plutôt sur la lutte contre son objectif.

Cela pourrait être accompli grâce à des efforts, par exemple, pour accroître le soutien à une réponse à l’agression russe, promouvoir la solidarité et l’identité avec les partenaires menacés de l’OTAN, ou réaffirmer les engagements internationaux.

Cette réflexion sur le problème conduit à plusieurs évolutions positives. Il encourage la priorisation : ne vous inquiétez pas tant de la lutte contre la propagande qui contribue à des effets qui ne vous préoccupent pas. Cette vue ouvre également l’ouverture.

Plutôt que d’essayer simplement de contrer la désinformation avec d’autres informations, il pourrait être possible de contrecarrer les effets souhaités avec d’autres capacités — ou simplement d’appliquer des efforts d’information pour réorienter les comportements ou les attitudes sans jamais s’engager directement dans la propagande.

Cela nous amène à notre troisième suggestion : ne dirigez pas directement votre flux d’informations vers la lance à incendie du mensonge ; au lieu de cela, pointez votre flux vers ce que vise la lance d’incendie et essayez de pousser ce public dans des directions plus productives.

Cette métaphore et cet état d’esprit nous conduisent à notre quatrième suggestion pour répondre à la propagande russe : rivaliser ! Si la propagande russe vise à obtenir certains effets, elle peut être contrée en empêchant ou en diminuant ces effets.

Pourtant, les outils des propagandistes russes peuvent ne pas être disponibles en raison de contraintes de ressources ou de barrières politiques, juridiques ou éthiques.

Bien qu’il puisse être difficile, voire impossible, de réfuter directement la propagande russe, l’OTAN et les États-Unis disposent d’une gamme de capacités pour informer, influencer et persuader des publics cibles sélectionnés. Augmentez le flux d’informations convaincantes et commencez à rivaliser, en cherchant à générer des effets qui soutiennent les objectifs des États-Unis et de l’OTAN.

Notre cinquième et dernière suggestion pour relever le défi de la propagande russe est d’utiliser divers moyens techniques pour couper (ou baisser) le flux.

Si le tuyau d’incendie du mensonge est utilisé dans le cadre d’hostilités actives, ou si les efforts de contre-propagande s’intensifient pour inclure l’utilisation d’un plus large éventail de capacités de guerre de l’information, alors brouiller, corrompre, dégrader, détruire, usurper ou interférer d’une autre manière avec la capacité des propagandistes pour diffuser et diffuser leurs messages pourraient diminuer l’impact de leurs efforts.

Tout, depuis l’application agressive des accords de conditions de service avec les fournisseurs Internet et les services de médias sociaux jusqu’à la guerre électronique ou aux opérations dans le cyberespace, pourrait réduire le volume et l’impact de la propagande russe.

À propos des auteurs

Christopher Paul est chercheur principal en sciences sociales à RAND et professeur à la Pardee RAND Graduate School. Il est également professeur auxiliaire au Center for Economic Development du Heinz College de l’Université Carnegie Mellon.

Il se concentre sur le développement de compétences méthodologiques pour des approches comparatives historiques et d’études de cas, la recherche en évaluation, diverses formes d’analyse quantitative et la recherche par sondage.

Il a publié sur des sujets tels que l’insurrection et la contre-insurrection, le renforcement des capacités des partenaires internationaux et les opérations d’information et de communication stratégique.

Miriam Matthews est scientifique en comportement et en sciences sociales à RAND et professeure à la Pardee RAND Graduate School. Elle mène des recherches dans les domaines de la psychologie politique, des conflits internationaux, de la diversité et du multiculturalisme.

Elle a publié sur les facteurs qui contribuent aux attitudes négatives entre les groupes, l’influence des idéologies d’acculturation, les effets des menaces sur les attitudes politiques et les origines du soutien au djihad anti-occidental.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor