Un détrônement secret révèle le contrôle de l’Iran sur la nomination de décideurs irakiens

La divulgation de documents du renseignement iranien a révélé l’étendue de l’ingérence et de la pénétration iraniennes au sein du régime irakien et de ses décideurs.

Le document montre les relations étroites entre les hauts responsables irakiens et les autorités iraniennes, notamment parce que ces dernières cherchaient, par le biais de ses espions, à choisir les dirigeants du pays et à recruter des agents au sein des autorités irakiennes.

La divulgation secrète sans précédent, qui remonte à 2014, a été obtenue par le site d’informations américain « The Intercept » et publiée par le New York Times.

Cela montre que la plupart des responsables politiques, militaires et de la sécurité irakienne ont des relations secrètes avec Téhéran.

Les documents remontent à 2014, ils ont désigné plusieurs membres clés du cabinet de l’ancien Premier ministre Haider al-Abadi comme ayant des liens étroits avec l’Iran.

Cela illustre également le volume de travail des services de renseignements iraniens qui a pris des années pour permettre aux espions de Téhéran d’identifier les dirigeants irakiens, de payer les salaires des Irakiens travaillant pour les Américains et de les inciter à modifier leur loyauté, ainsi que les opérations en cours de Téhéran pour infiltrer tous les aspects de la politique, vie économique et religieuse en Irak.

Gheis Ghoreishi, analyste politique et conseiller en Irak auprès du gouvernement iranien, a confirmé que l’Iran s’est attaché à entretenir des liens avec de hauts responsables irakiens.

« Nous avons un bon nombre d’alliés parmi les dirigeants irakiens auxquels nous pouvons faire confiance les yeux fermés », a-t-il déclaré.

Les réunions sont organisées dans des ruelles sombres et des centres commerciaux ou sous le couvert d’une excursion de chasse ou d’une fête d’anniversaire.

Des informateurs se cachent à l’aéroport de Bagdad, prenant des photos de soldats américains et surveillant les vols de la coalition militaire. Les fonctionnaires irakiens, si nécessaire, se voient offrir des pots-de-vin.

Les archives contiennent même des notes de frais émanant d’officiers du ministère du renseignement en Irak.

Sur la base d’informations divulguées dans un câble de renseignement, le Premier ministre irakien Abdul Mahdi, qui travaillait étroitement avec l’Iran pendant son exil sous le règne de Saddam Hussein, entretenait une « relation privilégiée » avec l’Iran, en particulier lorsqu’il était ministre du Pétrole en 2014, mais les documents n’ont pas expliqué en quoi consiste la nature des relations qui unissent les deux parties.

Les officiers du ministère iranien du Renseignement travaillent en étroite collaboration avec les gardes de la République iranienne en Irak. Ils partagent leurs découvertes et leurs informations avec leurs commandants en Iran, documentés dans des rapports au Conseil suprême de sécurité nationale.

Choisir ou nommer des responsables irakiens était un élément clé de leur travail, et cela a été facilité par les alliances forgées par de nombreux dirigeants irakiens avec l’Iran lorsqu’ils appartenaient à des groupes de l’opposition combattant Saddam Hussein, selon les récentes divulgations.

Le Dr. Omar Abdel Sattar, expert en relations internationales, a déclaré à MENA Media Monitor que le moment de la divulgation des documents était très important, car il était lié aux soulèvements populaires, que ce soit en Irak, en Iran ou au Liban.

C’est que les gardes de la révolution, ses armes et ses milices constituent une classe politique qui n’a plus sa place dans l’ère à venir et, par conséquent, tous ses secrets doivent être révélés.

« Je sais que mon pays est déjà occupé d’une manière ou d’une autre par l’Iran et qu’il doit donc maintenant être libéré », a-t-il déclaré dans une interview exclusive.

« Sa libération signifie le déplacement de la classe politique dirigeante depuis 2003, a déclaré l’Intifada. »

Sur la base de la divulgation, Abdul Sattar estime que « une liste des États-Unis ou du Conseil de sécurité des Nations Unies sera émise à leur encontre, ce qui augmentera l’insistance et la fermeté du soulèvement selon lesquelles cette classe n’aurait plus sa place en Irak. »

Il a souligné que « le soulèvement est apparu comme un rival politique du gouvernement de la foule, qui est (Sadr et Badr), ce qui signifie que ce nouveau rival (le soulèvement irakien) devrait supplanter les sadristes et les badriens ou marginaliser leur rôle dans la période à venir. »

Abdul Sattar estime que la plupart de ces dernières informations classifiées sont claires et bien connues, mais leur divulgation à ce moment-là ouvrira une porte qui renforce le mouvement populaire, et ces documents confidentiels vont tordre le bras des personnes impliquées, briser leur volonté et desserrer leur emprise sur le pouvoir et il est facile pour les Irakiens de les supprimer.


Al rights are preserved for Middle East and North Africa and Media Monitor