Un œil sur l’Europe 9

Convention sur la migration et l’asile

En fin de semaine dernière, le ministre français de l’Intérieur est revenu de la réunion qu’il présidait avec ses homologues européens pour annoncer un « accord historique ». Il a décrit l’accord comme « une avancée significative au sein du Conseil ministériel concernant le Pacte d’asile et de migration ».

Il y a une « grande majorité » de dispositions visant à améliorer la protection des frontières et un « nouveau mécanisme de solidarité pour aider les États membres soumis à de fortes pressions ». Il a été annoncé que la présidence française du Conseil et la Commission européenne tiendront une réunion pour traduire le programme de solidarité en actions concrètes dans les prochains jours.

En automne de 2020, la Commission européenne a présenté son idée de réforme de la loi d’asile et de migration. Mais depuis, il ne s’est pas passé grand-chose, mais les États membres n’ayant pu s’accorder que sur une seule étape déjà objet d’unanimité : il s’agit de la promotion du Bureau d’appui en matière d’asile, l’Agence de l’Union européenne pour l’asile (EASO) en une véritable autorité avec plus de soutien financier, de personnel et de compétences.

Maintenant, la voie semble libre pour deux nouveaux pas. D’autre part: à l’avenir, le mécanisme Eurodac, dans lequel les demandeurs d’asile sont enregistrés lors de leur première entrée dans l’espace de l’UE, stockera des données biométriques en plus des empreintes digitales et, avant tout, il permettra la liaison du réseau avec d’autres bases de données afin d’identifier les mouvements migratoires. Cela est considéré comme un « dossier technique », mais les pays méditerranéens ont longtemps résisté à la suppression des éléments individuels du Pacte migratoire.

L’organisation dite de pré-filtrage prévoit une procédure accélérée aux frontières extérieures pour déterminer celui ayant la possibilité d’être protégé et celui qui ne l’a pas. Certains peuvent être expulsés plus rapidement, et d’autres répartis si la pression migratoire sur un pays est particulièrement forte.

Les États devraient assumer la responsabilité des migrants qui ont vraiment besoin de protection selon un principe fixe. Ceux qui ne souhaitent pas déplacer devraient soit fournir une aide financière à un pays particulièrement qui a subi un énorme fardeau aux frontières extérieures, soit soutenir des projets dans des pays tiers appropriés pour arrêter le flux de réfugiés vers l’Europe. Une contribution minimale sera planifié à cet effet, également pour éviter que de nombreux pays choisissent cette voie et réduisent ainsi les coûts pour chaque individu.

La ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Wieser, du Parti social-démocrate allemand (SPD) a confirmé l’accord à Luxembourg et elle a évoqué un progrès significatifs.

Elle a souligné que la déclaration de solidarité bénéficie du soutien de la plupart des États membres, c’est-à-dire de l’écrasante majorité. Seuls quelques pays ont émis des réserves, y compris le gouvernement autrichien. Tandis qu’environ 12 pays ont annoncé qu’ils étaient prêts à accueillir des réfugiés, dont la Bulgarie et la Roumanie.

Dans son accord de coalition, le gouvernement de Berlin a lancé une campagne pour cette « coalition des désireux ». La norme est un mécanisme dédié aux bateaux-réfugiés qui a été convenu par le prédécesseur de Seehofer, Weser, à l’automne 2019.

Israël et l’Égypte sont les nouveaux fournisseurs du gaz pour l’Union européenne

L’Union européenne table sur la coopération entre l’Égypte et Israël avec ses efforts pour rendre son approvisionnement en gaz naturel indépendant de la Russie. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, était au Caire il y a peu lorsque la membre de la Commission européenne chargée de l’énergie, Kadri Simpson, le ministre égyptien du Pétrole Tarek El Moulla et la ministre israélienne de l’Énergie, Karen Elharrar, ont signé un mémorandum d’entente. Le gaz naturel produit par Israël sera pompé vers la côte méditerranéenne égyptienne et liquéfié là-bas. Et puis il sera exporté vers l’Union européenne.

Von der Leyen a salué l’accord comme « un grand pas en avant dans l’approvisionnement d’énergie de l’Europe ». En même temps, elle a évoqué « un premier pas sur la voie d’un large accord méditerranéen ». Alarrar a indiqué que dans un « moment historique, le petit Israël est devenu un acteur important sur le marché mondial de l’énergie ».

Selon une estimation de la chaîne de télévision israélienne 12, les exportations du gaz naturel vers l’UE pourraient rapporter au pays près de 280 millions d’euros par an. D’importants gisements de gaz naturel sont situés face aux côtes d’Israël et des pays voisins. Mais jusqu’à présent, Israël n’a pas exporté du gaz vers l’Europe, il n’y a pas de pipelines et il n’y a pas d’usines de liquéfaction en Israël. Tandis que l’Égypte, qui dispose de telles installations, aspire à devenir la plaque tournante régionale du gaz naturel.

Allemagne

Présentation de nouveaux rapports de renseignements

Droite, gauche, islamistes, antisémites, la propagation :

Le rapport présenté par les services de renseignements internes pour l’année 2021 à Berlin montre que l’extrémisme en Allemagne gagne de plus en plus du terrain. L’extrémisme de droite est désormais la plus grande menace pour la démocratie en Allemagne, a souligné Thomas Haldenwang, chef de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution.

Selon les estimations de l’Autorité fédérale de Cologne, les adeptes des groupes islamiques ont légèrement diminué pour la première fois depuis de nombreuses années d’environ 1,5 % à 28.290 personnes. Par conséquence, les groupes salafistes en particulier ont perdu leur attrait. L’Office pour la protection de la Constitution prévient que les individus et les petits groupes à motivation djihadiste en particulier restent un risque important. La ministre fédérale de l’Intérieur, Nancy Weiser, a confirmé que la scène salafiste s’est diversifiée, mais la faible visibilité de cette scène ne réduit pas le potentiel danger.

En revanche, le rapport de l’Office berlinois pour la protection de la Constitution a augmenté le nombre d’extrémistes islamiques de 90 à un total de 2.260 par rapport à l’année précédente. Le nombre potentiel de salafistes reste inchangé à environ 1100 personnes, tandis qu’environ 600 personnes appartiennent toujours au spectre de l’islam politique.

La sous-estimation du danger des islamistes ?

Bien que le ministre de l’Intérieur allemand, quand il présentait le rapport de la protection de la constitution de 2021, a qualifié l’islamisme d’une « dangereuse menace » et il a promis dans l’accord de coalition entre le Parti social-démocrate, les Verts et le Parti libéral-démocrate, de s’opposer « fermement » à l’islamisme, mais les observateurs ne voient aucune action concrète à cet égard.

Au lieu de cela, certains signes des derniers mois indiquent que la coalition néglige le problème. Parmi les exemples est un document de travail conjoint préparé par le ministère des Affaires de la famille et de l’Intérieur sur le projet de loi sur la promotion de la démocratie qui sera mise en œuvre. « L’extrémisme de droite-droite, le racisme et l’antisémitisme sont une attaque contre notre coexistence sociale autant qu’ils sont une attaque contre l’antitziganisme, l’islamophobie, la misogynie, l’hostilité contre l’autre et d’autres idéologies d’inégalité et de discrimination », dit-elle. Le fondamentalisme islamique n’apparaît pas ici.

Le ministre d’État parlementaire Sven Lehmann (les Verts) a déclaré à la demande de l’union conservatrice CDU/CSU au sein de la commission de la famille : Il n’est pas prévu de désigner explicitement toutes les formes d’extrémisme dans la loi. Cela fera plus tard l’objet des lignes directrices du programme ».

« Dans les dispositions législatives, l’interdiction de l’extrémisme islamique devrait être clairement désignée comme une mission », comme mentionné dans un communiqué du Groupe de travail fédéral sur l’extrémisme religieux, auquel ont rejoint des organisations de la société civile pour interdire l’extrémisme islamique, en trouvant gênant de laisser l’islam politique ici.

L’imam de Ditib salue le Hamas et les Frères musulmans

L’association germano-turque des mosquées Ditib recrutait un imam à Hambourg, où il a élevé l’un des fondateurs de l’organisation terroriste islamique Hamas.

Dans une publication sur Facebook datée du 18 avril 2021, qui était depuis supprimée, l’imam Hassan Caglayan a décrit le fondateur du Hamas, Ahmed Yassin, comme l’une des « cinq personnes sympathiques » qui portent des messages et des enseignements à tous ceux qui se soucient de la cause de Jérusalem. Yassin a fondé le Hamas avec les Frères musulmans en 1986 et a préconisé une résistance violente et des attentats-suicides contre les Israéliens.

Selon le communiqué, le théologien a d’abord été convoqué en Turquie, mais maintenant il prêche à nouveau sur le sol allemand, dans une mosquée à Hambourg.

Le conseil d’administration de Ditib Nord : « M. Caglayan est imam dans l’une de nos communautés. Cependant, en tant que membre du conseil d’administration de Ditib Nord, nous n’avons pas connaissance des publications qui nous ont été signalées et qui sont en discussion en interne ». En réponse à une demande plus de trois mois plus tard, le conseil d’administration a rappelé que les enquêtes n’étaient pas encore terminées et elles sont sur le point de l’être. L’affaire sera « intégrée et traitée en interne dans un processus d’examen très approfondi ».

Selon les informations du quotidien Welt, Caglayan a également été nommé l’an dernier attaché religieux adjoint au consulat général de Turquie à Hambourg. Les imams de Ditib sont supervisés par des attachés religieux et contrôlés par le ministère turc des Affaires étrangères.

L’Autriche

Plus d’actions antimusulmanes en Autriche

Dans son septième rapport sur le racisme antimusulman, le Centre autrichien de documentation et de conseil sur le racisme antimusulman est parvenu à la conclusion que moins d’attaques contre des personnes perçues comme musulmanes avaient été signalées l’année dernière. Cependant, bien que moins d’agressions soient signalées lors des interactions en face à face, le nombre de cas a augmenté en ligne. En 2021, il y avait près de deux fois plus d’attaques en ligne que dans la vie réelle.

Le rapport a enregistré 1061 cas de racisme contre les musulmans en 2021 (contre 1402 cas en 2020). Cependant, ce ne sont que les attaques signalées ou découvertes grâce à la surveillance des médias. Ce nombre ne représente pas tous les cas qui se sont réellement produits, et on peut supposer qu’il y a plus de cas non signalés.

Le Centre de documentation et du conseil indique également que le racisme antimusulman ne vient pas seulement des groupes d’extrême droite, mais il s’agit d’un problème social transnational. Le problème en général s’aggrave.

La politique autrichienne antimusulmane y a joué un rôle majeur. Jusqu’à 31% des cas signalés ou observés proviennent de politiciens lors d’activités politiques officielles. L’incitation à la violence sur Internet coïncide souvent avec des événements politiques.

L’agence de renseignement autrichienne identifie une cellule terroriste islamique à Vienne.

Avec l’aide des autorités locales et étrangères, l’Office pour la protection de la Constitution a identifié une cellule présumée appartenir à l’État islamique en Autriche liée à des projets d’attentats visant des événements majeurs en Europe.

Selon le ministère de l’Intérieur, les partisans de l’Etat islamique présents en Autriche sont originaires d’Irak. Comme il a été prouvé, d’autres membres du réseau sont également issus d’autres pays européens. Il a également été constaté que le réseau finançait l’État islamique depuis l’Autriche. Dans ce contexte, la Direction de la sécurité de l’État et également des renseignements de l’État enquêtent sur le financement interdit du terrorisme.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA