Un procès israélien contre des banques et des associations qataries

l’organisation israélienne, « Shura Hadin », a déposé une plainte, aujourd’hui, mercredi, devant le tribunal central à Jérusalem, contre des organisations charitables et des banques qataries en les accusant d’avoir transféré des fonds aux bras militaires des mouvements palestiniens, le « Hamas » et le « Jihad islamique ».

Le journal, Yediot Aharonot, a expliqué que l’organisation de droite a intenté le procès au nom de 24 familles israéliennes tuées, comprenant 130 plaignants, et elle revendique 1,2 milliard de shekels, soit l’équivalent de 370 millions de dollars américains.

On y retrouve dans le procès que « les fonds ont été transférés à partir des comptes appartenant à des organisations caritatives au Qatar vers des organisations caritatives appartenant au Hamas ou à des individus du mouvement ».

L’organisation israélienne a également mis dans le dossier du procès « des preuves de virements bancaires du Golfe à des associations appartenant au Hamas dans la Bande de Gaza ou à des activistes spécifiques du mouvement, ainsi que des aveux lors des interrogatoires pour des prisonniers du mouvement dans les prisons israéliennes, disant que des fonds ont été transférés pour financer leurs activités ».

Le procès concerne dix organisations, banques et fonds caritatifs au Qatar et à l’Autorité palestinienne, y compris la « Qatar Charity», annoncée par Israël en 2008, une organisation illégale parce que les fonds ont été transférés à travers ses succursales à Ramallah directement vers la Bande de Gaza.

Le journal hébreu a indiqué que « cette même organisation de droite a déposé des dizaines de plaintes contre l’Autorité palestinienne, au cours des dernières années, et que la possibilité que l’autorité paie l’argent est faible, mais la cible de l’organisation sont maintenant les banques ».

Il est à noter que le Qatar a été le premier pays du Golfe à établir des relations diplomatiques déclarées avec Israël.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA