Des pressions internationales pour empêcher une intervention militaire en Libye

L’avancée des forces soutenues par la Turquie pourrait conduire à une intervention militaire égyptienne en Libye

Aujourd’hui, le chaos et l’insécurité en Libye sont perçus comme des menaces directes pour la sécurité nationale des pays voisins, en particulier l’Égypte. L’intervention militaire directe de l’Égypte en février 2015, par le biais de violentes frappes aériennes sur les villes de Derna et Syrte, à la suite de l’enlèvement et l’exécution de 21 coptes égyptiens par une cellule libyenne affiliée à l’organisation de l’État islamique (ISIS), a été, jusqu’à présent la principale ingérence de l’Égypte dans les affaires libyenne depuis la chute du régime du colonel Mouammar Kadhafi. Les frontières orientales de la Libye sont considérées comme un refuge relativement sûr pour les milices armées, car les armes circulent et les combattants se déplacent librement de la Libye vers le Sinaï.

Dans les deux pays, il existe de nombreux groupes combattants, et les organisations les plus dangereuses et les plus meurtrières du Sinaï à l’instar du Conseil de la choura de la jeunesse islamique ou le Groupe al Mourabtoun. Toutes ces données ont obligé les autorités égyptiennes à prendre toutes les précautions nécessaires pour sécuriser leurs frontières.

L’objectif immédiat de l’intervention égyptienne en Libye est d’essayer de contrôler les milices terroristes et djihadistes du Sinaï pour éviter leur propagation à travers le Sahara occidental. De plus, ces mesures visent à éliminer l’immigration illégale et le trafic d’armes et de drogues à travers la Libye vers l’Égypte.

 Ces dernières années, la violence a considérablement augmenté à Barka et tout au long de la frontière entre la Libye et l’Égypte. De nombreux groupes jihadistes égyptiens salafistes ont rejoint les organisations radicales libyennes opérantes dans ces régions pour mener des attaques conjointes, comme l’attaque contre le consulat américain à Benghazi en septembre 2012, lorsque des groupes salafistes libyens et égyptiens ont réussi à liquider l’ambassadeur américain. Ces mouvements ont également intensifié les attaques contre les postes de contrôle militaires des deux côtés de la frontière orientale. Cela confirme le grand danger que représentent ces groupes jihadistes salafistes. En conséquence, les craintes égyptiennes se sont accrues en raison du développement des liens terroristes le long de l’axe égypto-libyen.

Menaces en augmentation

Pour le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi, la crise libyenne, en particulier, représente un défi lié à la stabilité interne et à la légitimité politique. Malgré ses déclarations officielles, dans lesquelles il défend la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Libye, cela était évident dans sa pression sur la communauté internationale pour qu’elle néglige l’intervention de l’Égypte en Libye, en coordination avec les alliés régionaux et internationaux (Émirats arabes unis, Russie et France).

L’objectif de l’intervention est de créer une sorte de protection égyptienne à Barka contre les groupes extrémistes et de contribuer à la stabilité de la Libye et de l’Égypte. Entre-temps, Sissi a reçu le soutien de ses alliés libyens au sein du parlement de Tobrouk (parlement), et en particulier du leader libyen, l’homme fort Khalifa Haftar. Depuis son retour en Libye et le lancement de l’opération Dignité contre les milices armées de Benghazi et de Barka, le maréchal a bénéficié du soutien des dirigeants égyptiens et de sa force militaire. Haftar a reconnu sa coopération étroite avec l’Égypte, en particulier dans le domaine de l’échange de renseignements et de l’assistance logistique, ce qui confirme l’importance stratégique que l’Égypte attache à la stabilité de ses frontières occidentales.

L’Égypte a pris plusieurs mesures pour faire face aux menaces croissantes et asymétriques le long de la frontière commune avec la Libye, telles que le déploiement d’armées antiterroristes ou le lancement d’un exercice militaire massif « dans la région occidentale près de la barrière de Salloum. Toutes ces mesures politiques et militaires démontrent que la frontière avec la Libye est l’un des principaux problèmes de sécurité. L’Égypte a également montré qu’une détérioration de la sécurité en Libye pourrait rendre l’Égypte vulnérable aux attaques sur plusieurs fronts.

Outre la dimension militaire et sécuritaire, l’ingérence de l’Égypte dans les affaires libyennes dépend également de facteurs économiques: Tout d’abord, de nombreux travailleurs égyptiens vivent en Libye. On estime qu’avant la chute de Kadhafi en 2011, le nombre de travailleurs égyptiens en Libye était estimé à un million et demi, pour la plupart coptes, travaillant en Libye. Il est évident que la diminution du nombre de travailleurs migrants égyptiens en Libye aura de graves répercussions sur l’économie égyptienne (réduction du taux de croissance du produit intérieur brut) une situation économique qui menace la stabilité politique en Égypte en raison du taux de chômage national déjà élevé.

Lors de leur réunion d’urgence, les ministres arabes des Affaires étrangères ont affirmé, grâce à la technologie vidéo, que l’Égypte avait réclamée, qu’une solution politique était le seul moyen possible de sortir la Libye de sa crise actuelle. Les ministres ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et à un retour à la table des négociations.

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont déclaré qu’ils voulaient éviter une nouvelle guerre en Libye alors que les deux parties belligérantes massaient leurs forces près de la principale zone de l’industrie pétrolière et que leurs bailleurs de fonds menaçaient de s’intensifier.

« La Libye passe par un virage très dangereux au cours du conflit qui déchire cet important pays arabe », a déclaré le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, dans un communiqué.

Intervention égyptienne

L’Egypte a déclaré que son armée pourrait intervenir directement en Libye, et la France de son côté a déclaré qu’elle ne tolérerait pas l’ingérence turque dans ce pays.

Les fronts de combat ont changé rapidement en Libye après que le soutien turc a aidé le gouvernement de réconciliation nationale (Al Wifak) internationalement reconnu à expulser les forces de l’est de la Libye (Armée nationale libyenne) de la périphérie de Tripoli et du nord-ouest du pays.

L’Armée nationale libyenne, soutenue par l’Égypte, les Émirats et la Russie, a reculé jusqu’à la ville de Syrte, sur la côte centrale de la Méditerranée. Les deux parties se préparent actuellement à une bataille pour Syrte.

Yassin Akti, chef adjoint du Parti turc Justice et le développement, a déclaré que le gouvernement de réconciliation nationale se préparait à reprendre Syrte et que les dirigeants égyptiens « n’avaient ni la force ni le détermination » pour essayer de l’arrêter.

Pour sa part, le président du Parlement libyen, Aqila Saleh, a adressé ses salutations et ses remerciements au président égyptien, Abdel Fattah El-Sisi, soulignant que ses positions de soutien au peuple libyen sont historiques et ne seront pas oubliées par les Libyens.

Saleh a déclaré, dans une interview à l’agence égyptienne « Middle East News », qu’Al-Sissi, dans la crise libyenne, a exigé que chaque partie reste à sa place et que tout le monde opte pour l’harmonie à travers une solution politique selon les résultats de la conférence de Berlin. Il n’a menacé d’attaquer aucune partie. Saleh a souligné que Sissi n’était pas partisan d’une position au détriment d’une autre.

Aqila Saleh, présidente du Parlement libyen, a déclaré que le peuple libyen demandait officiellement à l’Égypte d’intervenir auprès des forces militaires si les nécessités du maintien de la sécurité nationale libyenne et égyptienne l’exigent. Et Saleh pense que « cette ingérence sera une légitime défense si les terroristes et les milices armées franchissent la ligne rouge dont le président Abdel Fattah Al-Sisi a parlé et tentent de traverser les villes de Syrte ou d’Al-Jafra ».

Occasion pour  reprendre le contrôle

Le retrait de l’armée nationale à Syrte le mois dernier a porté un coup à son chef, Khalifa Haftar, dont l’objectif était d’unifier la Libye par la force après des années de chaos et de division, commentant l’attaque qu’il a lancée en avril 2019 pour contrôler Tripoli.

Toute avancée du gouvernement Al-Wefaq lui donnerait l’occasion de reprendre le contrôle de la région du « croissant pétrolier » à partir de laquelle la majeure partie du pétrole du pays est produite et exportée. Et son succès militaire au cours des dernières semaines a dépendu du soutien de drones turcs qui visaient les lignes d’approvisionnement de l’armée nationale libyenne et les formations de ses forces.

Les États-Unis ont déclaré le mois dernier que la Russie avait envoyé des avions de guerre dans une base de l’armée nationale et ont déclaré la semaine dernière qu’ils opéraient près de Syrte.

Cependant, les diplomates disent qu’il y a encore une possibilité d’éviter une bataille sur Syrte, la porte ouest des principaux terminaux pétroliers libyens, surtout si un accord sera conclu entre la Turquie et la Russie.

La Russie a déclaré qu’elle voulait un cessez-le-feu en Libye, et a démenti le mois dernier un rapport de l’ONU selon lequel 1200 mercenaires russes combattaient en Libye.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA